25/01/2007

DECEMBRE 2003 : LA FOLIE

Deux grandes dégustations qui me tenaient à coeur en Décembre, Alsace le 13, et Champagne/Casot des Mailloles le 20! A une semaine d’intervalle et alors que tout le monde pense plus aux fêtes et à leurs préparatifs qu’à déguster du vin. Anne me dit : c’est de la folie, elle ne sait pas encore qu’elle a ... 1000 fois raison.

Toutes les dégustations me tiennent à cœur bien sûr, je ne fais pas cela en plus de mon boulot principal par contrainte, au contraire c’est toujours un moment de grand plaisir. Alors pourquoi ces deux-là? Et bien j’estime que l’Alsace est finalement peu ou pas assez reconnue comme région de grands vins ; c’est une erreur et je voulais modestement le démontrer. Il y a en effet beaucoup à découvrir derrière l’océan d’insipidité largement distribué chez nous. De plus c’est une région tellement agréable et accueillante que le moindre prétexte entraîne chez moi une petite visite. Au vu du succès de mes « c’est fou ce que je m’approprie les vins que je distribue » vins d’Alsace à cette dégustation; comprenant pourtant de « petits » cépages comme le sylvaner, le pinot blanc ou le chasselas et des pinot gris ou gewurztraminer à moins de 10 euros, je crois déjà en avoir convaincu plus d’un que souvent sans débourser un euros en plus on peut engranger en cave de « vrais grands vins ».

Ensuite, la deuxième dégustation concernait principalement mon domaine préféré du moment : le Casot des Mailloles en Roussillon et une région que j’ai redécouverte récemment grâce aux domaines Larmandier-Bernier et A. Beaufort : La Champagne. Ils ne proposent pas toujours des vins consensuels mais le voyage aromatique (l’odyssée des arômes !) est à chaque fois garanti et l’émotion souvent présente. Vous êtes quelques uns de plus à partager cet avis et quelques uns de moins à dire « le champagne ne m’intéresse pas ! ». Ces domaines apportent également ce grain de folie particulièrement rafraîchissant en comparaison à d’autres principalement centrés sur le business!

Outre le fait que combiner 2 dégustations à une semaine d’intervalle était un peu fou, je devais me déplacer au Canada la semaine précédant la dégustation alsacienne (et pas pour déguster des ice-wine !). Bien sûr je rate mon avion du retour pour cause de tempête de neige et n’arrive finalement à Pécrot que deux heures avant la dégustation avec un jetlack de 6 heures et 2 nuits blanches derrière moi. La folie encore !

Merci à tout ceux qui ont proposé de me seconder et à mon beauf qui a préparé les vins en mon absence.Au final, deux belles dégustations réussies mais nous n’en resteront pas là. Nous continuerons à voyager en Alsace au gré des grands crus et des lieux dits début 2004, et je ne résisterai pas longtemps à faire redéguster rapidement mes domaines fétiches.

13:09 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

les youtes qui as fabriquer les yourtes?pk fon til sa?pk se déplace t'il?du quel pied rentre t'il?ou il y en as t'il?

Écrit par : arbaud | 25/09/2007

Les commentaires sont fermés.