25/01/2007

NOVEMBRE 2004: LA PROMESSE

C’était un peu un rêve après un an d’activité seulement de penser pouvoir décider un (bon) vigneron, quelque peu réputé, à se déplacer dans le petit village de Pécrot pour un petit caviste débutant. C’était aussi évidemment dans mes plans depuis le début mais j’étais loin de croire pouvoir le concrétiser aussi rapidement.

C’est lors de ma visite dans le Jura que le premier contact avec Jean-François s’est établi. Après une dégustation marathon, au figuré comme au propre (ses caves sont réparties dans tout le village), convaincu de la qualité des ses vins et de son approche du métier de vigneron (on en reparlera), et ayant perçu quelques atomes crochus entre nous, je lui propose de venir présenter ses vins en Belgique en fin d’année. Il est tout de suite ouvert, m’explique qu’on lui a déjà proposé mais qu’il n’a jamais donné suite, mais il semble intéressé. Je le recontacte quelques semaines plus tard pour fixer une date, et puis enfin en septembre pour confirmer le tout. Là, manifestement, il ne comptait pas trop sur la concrétisation de ma proposition, mais bouleverse sans sourciller ses rendez-vous pour tenir son engagement. Une question me fait vaciller en fin de conversation « combien attendez-vous de personnes ? ». Je dois répondre tout de suite ; je ne veux pas le piéger, mais je ne veux pas le faire fuir non plus. Rapidement, les dégustations précédentes défilent dans ma tête, en moyenne au moins 10, parfois 20, rarement plus. Sans réfléchir plus, je lui assure une bonne cinquantaine de visiteurs, ouf, il a l’air satisfait….

Démarre alors la préparation. Sans entrer dans les détails, nous parlons du projet à nos voisins Dominique et Claude (le peintre Manesse). Tout de suite très enthousiastes, ils nous proposent de joindre nos efforts pour une activité commune avec certains de leurs amis actifs dans le commerce équitable. Un marché de Noël en quelque sorte, un marché de rêves en tout cas. Associer vin, plaisir de la table, culture, commerce équitable, et rencontres d’horizons à première vue différents, j’ai vraiment l’impression de me regarder dans un miroir !Tout se prépare dans la bonne humeur (ah cette poule au pot béarnaise mitonnée par Claude et ses topinambours), resserrant des liens déjà présents. Mais le moment fort approche et ce maudit stress augmente…

La promesse sera-t-elle tenue? Haut la main, nous espérions donc secrètement ces 50 amateurs, … vous serez près du triple, merci encore !

19:51 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.