28/01/2007

6 JUIN 2006 : Allium ursinum, Urtica dioica, Tropaeolum majus, Taraxacum officinale, Plantago major et consorts!

Je lisais dans le dernier numéro de Terre sauvage (très belle revue!), une interview de François Couplan, spécialiste en botanique alimentaire. Il semblerait que la proportion de plantes inclues en alimentation humaine soit en diminution constante, parfois même dans des régions qui soufrent de famine. De mémoire il y aurait près de 30 000 espèces comestibles et seulement un infime pourcentage serait effectivement consommé.

Evidemment toutes ne sont peut-être pas bonnes gustativement. Probable, mais de là à passer à côté de l'Ail des Ours, de l'Ortie, de la Capucine, du Pissenlit ou du Plantain (oui oui, ce sont les invités printanniers de blog;-), il y a une marge que l'Odyssée des Arômes ne peut et ne veut franchir! Au contraire, originales, goûteuses, économiques, gorgées de bienfaits pour la santé, on compte bien les remettre au goût du jour.

Et cet article tombe bien, car ce début de printemps pourri fut pour nous l'occasion d'au moins profiter un peu de notre jardin bio en consommant les petites feuilles tendres qu'il nous proposait.

Pour la peine, je vous ai concocté un petit menu original (mais bon) à base de ces ingrédients on ne peut plus naturels et puis comme un plaisir de vient jamais seul, des accords mets/vins parfaits

Des petites Tomates cerises farcies au macérat d'Herbes des prés (Plantain, Capucine, Roquette, ...) et d'huile de Noisette

Le Crémant médaillé d'or de Vincent Stoeffler (Alsace)

Les herbes sont broyées et macérées pendant minimum 24h au frigo dans l'huile de noisette avec quelques pignons écrasés. Les petites tomates sont évidées et farcies avec le macérat.

Velouté d'Orties aux Petits Gris (également pensionnaires du jardin bio de l'Odyssée ;-)

Les Grusses 2002, Chardonnay ouillé, Côte du Jura blanc de Jean François Ganevat

On ne peut plus facile, les orties sont cueillies loin de tout compost (c'est une plante nitrophile, donc vaut mieux éviter l'excès de nitrates). Les meilleures feuilles développent un parfum intense évoquant la fleur de sureau. Les escargots, je les récolte 1 ou 2 fois par an seulement, pour ne pas entraver leur développement. Si je les fais jeûner, je ne les fais pas dégorger, inutile et un peu barbare non?

Chèvre et Pissenlit en salade tiède

Les Clous 2004 du domaine St-Nicolas (Fiefs vendéens)

Les feuilles de pissenlit, les plus tendres bien sûr, ou si vous préméditez votre acte, vous couvrez une belle rosette pendant 1 bonne semaine pour la blanchir. Les feuilles doivent être grossièrement hachées et puis vous pouvez ajouter tout végétal comestible de votre jardin (évitez quand même les tontes de gazon ;-). Même pas besoin la vinaigrette, juste un trait de vinaigre balsamique et une bonne louche d'huile de noix!

Hachis Parmentier à l'Ail des Ours

En Barberon 2002, Arbois de Stéphane Tissot (Jura)

L'ail des ours, il commence tout doucement à se plaire dans mon jardin, mais celui utilisé nous a été ramené des forêts françaises par notre voisin (attention, ne jamais tout cueillir et ne jamais complètement déplumer une plante!). Le gratin a été préparé par Anne et la recette est succulente, mais simple : de bons ingrédients; c'est à dire de la bonne viande et des bonnes pommes de terre, l'ai des ours fait le reste! (Et avec le reste de l'ail des ours, un délicieux potage le lendemain)

L'Agneau Pascal du Pape (gigot parfumé aux herbes et monnaie du pape)

L'Anjou rouge 2004 de René Mosse

La monnaie du pape, les fleurs sont jolies, les fruits (ces petites pièces de monnaie rondes qui lui donne aussi le nom de lunaire) sont bons (entre le haricot et le pois avec une délicate amertume), et puis ils sont encore décoratifs séchés et, non négliigeable, la plante n'est jamais malade. S'il fallait encore vous convaincre d'en semer chez vous, elle se resème tout seule et c'est un des repaires préférés de mes petits gris!

Beignets d'Acacia

Le Gewurztraminer Kaefferfopf 2004 de Jean Schaetzel

Un grand classique, mais ne faites pas confiance à l'aspect pour les récolter, ne tardez pas. Moi je les ai ratés (fleurs déjà légèrement sèches) alors que les arbres étaient encore resplendissants (photo). Ce n'est pas grave, au moins cette année je n'ai pas loupé mes jets de houblon!

Bon, ceci n'était qu'une répétition privée! Pour découvrir tout cela "in vivo", faudra venir à mon atelier, l'année prochaine!

10:18 Écrit par Laurent dans Ateliers Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.