28/01/2007

6 MAI 2006 : PINOT NOIR 2003, Tharoul pour tous!

2003, millésime de la canicule, encensé, voire carrément légendaire pour certains critiques, décriés par d'autres pour manque de typicité et de fraîcheur, mais exceptionnel pour tous. L'envie était grande pour une petite dizaine d'irréductibles d'en découdre avec ce millésime. Une occasion unique aussi de comparer le pinot noir jeune dans différentes régions de France (surtout) et d’ailleurs (un peu).

Nous voilà donc réunis tout début d'après midi dans le petit village de Tharoul, sous un soleil radieux. A noter, le groupe est composé de quelques uns des meilleurs dégustateurs belges et suisse de ... bière ;-)

Le casting était de choix si on s’en réfère au guide vert de la RVF (ex Bettane et Desseauve) ; Les notes sur 10 proviennent du guide 2006, les étoiles aussi.La plupart des vignerons sont sélectionnés dans le classement 2006 RVF (de 0 à 3 ***):

Bourgogne

Confuron Cotetidot **

Sylvie Esmonin **

Chantal Lescure *

JM Pillot *

F. Lumpp*

Olivier Guyot

Claude Marechal

Jura

A&M Tissot *

JF Ganevat

Alsace

P. Frick

C. Binner

Loire

St Nicolas *

L’ Abbaye du Petit Quincy est sélectionnée dans les guides Bourgogne Aujourd’hui, Fleurus, .. mais c'est surtout mon coup de coeur des Grands Jours de Bourgogne

Un petit tour sur internet me confirme que Fontannaz et Magliacco sont présentés comme des valeurs sûres de Suisse

Les vins sont dégustés par paire ou triplette; les séries sont homogénes au niveau du prix. Les dégustateurs se relaient pour préparer chacun 1 ou 2 séries à l'aveugle. Les vins sont carafés juste avant la dégustation

Série 1 : Mise en bouche

Bourgogne Epineuil, Côte de Grisey, Domaine de l’Abbaye du Petit Quincy

Nez intense de groseilles et peut-être de rafle. Très beau fruit en bouche, beaucoup de fraîcheur, pointe de minéralité, tannins puissants qui demandent à s’assouplir. C’est déjà assez complexe, mais très très jeune, on pense au Jura

Bourgogne Pinot noir, Olivier Guyot

La frange est légèrement évoluée. Nez classique de pinot bourguignon, Quelques notes de cuir, léger boisé bien intégré, bonne suavité ; prêt à boire.

Deux styles très différents mais qui trouvent tout 2 leurs amateurs. Très bon avec fromages et saucisson.

Série 2 : France contre le reste du monde (et Angleterre-Suisse ;-)

Vin de Pays des Côteaux de Verdon, Domaine de Valmoissine, Louis Latour

Robe claire et clairement évoluée. Nez floral (jasmin) et fruité (framboise, fraise), pas désagréable du tout. Bouche lisse, gourmande, se laisse boire maintenant.Kentish Regional Wine, Sandhurst, UK

Robe noire, nez intense de bois, noix de coco, vanille, notes de vernis également. On le situe aisément hors France ; Andy le situe immédiatement en UK, quel talent !. Le nez évolue ensuite clairement sur le cognac. La bouche est polluée par l’excès de bois, c’est tout simplement Inbevable…;-)

Pinot Noir de Vetroz, AOC Valais, A. Fontannaz

Robe encore un peu plus foncée, nez intense d’agrumes, citronnelle, verveine citron. Original au début, il lasse rapidement, l’impression citronnée évoluant vers les produits de nettoyages (Vim, savon), voire sanitaires (cube urinoir). La bouche est simple et présente peu d’intérêt.

Il y a unanimité pour le premier qui est franchement agréable à boire. Angleterre-Suisse ; match nul, très nul ;-)!

Série 3 : 3 pinot, 3 origines

Marsannay, Les Favières, Olivier Guyot

Robe rubis clair, nez très pur de cerise mûre. Plus charnu en bouche que les précédents. Bel équilibre. Stéphane le trouve trop simple, Philippe l’aime beaucoup ; inutile de dire que moi aussi.

Pinot Noir Julien Ganevat Vieilles Vignes, Côte du Jura, Domaine Ganevat. (RVF: 8/10)

Le nez un peu réduit masque le fruit et perturbe les dégustateurs. Beau fruité en bouche, grande minéralité ; mais acidité puissante qui fait grincer les dents de Jérôme qui reconnaît le Jura. Un vin dans une phase très austère, à oublier en cave

Pinot Noir de Chamoson, D. Magliacco, Suisse

Robe plus intense, nez un peu dominé par le boisé à ce stade. Bouche intéressante, très fondue et pourvue d’une belle concentration. Serait déjà agréable à boire maintenant si le boisé était moins appuyé, mais l’honneur des petits suisses est sauf !Les suffrages s’équilibrent bien entre le Marsannay et le Chamoson. Mais un irréductible apprécie beaucoup la minéralité du Jura ;-)

Série 4 : 3 pinot, 3 origines (bis)

Pinot Noir Strangenberg, Alsace, Domaine Frick

Belle robe sombre, nez puissant de cuir, notes animales masquant un peu le fruit. Parfums complexe qui évolue bien à l’aération, violette, mûre. Encore beaucoup de tannins en bouche, mais belle chair de raisin, goût de sang et d’encre. A carafer impérativement 1 ou 2 heures, superbe pour un Alsace nous dit Stéphane.Petite Marole, Givry, F. Lumpp (RVF: 8/10)

Robe moins intense, Nez plus classique, notes florales et boisées. Densité moyenne mais bel équilibre. Belle suavité en bouche sur un corps moyen. Le nez évolue vers le pruneau ou l’abricot sec à l’aération mais quelques notes végétales apparaissent également. Très bien à boire maintenant.

Cuvée Jacques, Fiefs vendéens, Domaine St Nicolas (RVF: 8/10)

Robe sombre, nez puissant de cerise et de banane mûre, légère pointe volatile rafraîchissante. Très belle matière et longueur, corpulente, très mûre ; on le situe sans hésiter en Bourgogne, mais ce n’est qu’un VDQS de Loire ; -). Une belle surprise pour ceux qui ne connaissaient pas et ceux qui connaissaient n’ont pas reconnu (vous suivez ?). Il recueille toutes les préférences pour boire d’ici quelques années.Très belle série, on s ‘accorde à dire que l’on est monté d’un cran ; des bouteilles de dimanche selon Stéphane !

Série 5 : Les canons du Maréchal, Beaune, Beaune, Beaune

Santenay, Les Champs Claude, J-M. Pillot (RVF: 8/10)

Robe rubis foncé, nez typiquement bourguignon de cerise mûre soutenu par un boisé correctement intégré. Assez tannique, mais relativement charnu en bouche. Petit déficit d’acidité et longueur correcte. C’est pas mal, mais on redescend d’un cran par rapport à la série précédente.

Savigny les Beaune Vieilles Vignes, Claude Maréchal (RVF: 7,5/10)

Robe rubis sombre, on commence à s’habituer. Nez opulent de fruits noirs (mûre), peut-être trop flatteur, mais qui déteste être flatté ? ;-) Bouche suave, mais peu acide. Très bon vin à boire maintenant, préférence unanime pour ce vin dans cette série.

Volnay, Claude Maréchal (RVF: 7,5/10)

Nez de cerise mais voilé par des notes grossières de caramel et de vanille. Là ce n’est plus flatteur, c’est racoleur et cela ne plait apparemment pas à grand monde. La matière est là, mais la bouche est encore moins acide et l’alcool ressort trop en finale. Le 2003 dans tous ses défauts ! Enfin, il recueille quand même un demi suffrage…

Série inférieure à la précédente nettement dominée par le Savigny !

Petite pause, une balade dans la campagne et les bois de Tharoul a vite fait de nous revirginiser pour la suite qui s'annonce d'un niveau particulièrement élevé!

Série 6 : Nuit – Beaune - Pirate

Pommard la Chanière, Claude Maréchal (RVF: 8/10)

Nez assez boisé, presque brûlé et notes dominantes de caramel, de fruit confit. Pas génial. La bouche est à l’avenant, très douce, trop douce, lisse, sans structure (pas de tannins et pas d’acidité). A l’aération le nez ne s’améliore pas puisque des notes végétales apparaissent rappelant pour Philippe le céleri. Déception.

En Barberon ST, Arbois, André et Mireille Tissot (RVF: 9,5/10)

Robe très sombre, nez très animal, serait-on encore devant un vin sans soufre de chez TGW? ;-)L’attaque en bouche est puissante mais très fraîche, dotée d’une belle acidité. Les tannins sont un peu rustiques en dégustation pure, mais devraient se fondre. Le nez évolue bien à l’aération, réglisse pour Philippe, écorce d’orange pour Andy ou Jérôme, je ne sais plus ; floral pour Laurent et pointe végétale pour Stéphane. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’on s’accorde au moins sur la complexité !

Nuit St Georges Les Damodes, Chantal Lescure (RVF: 8/10)

Robe sombre, tiens tiens ! Nez intense de myrtille, de cacao, de graphite. Attaque charnue, beaucoup de pulpe, belle mâche et acidité correcte. Le vin est également structuré par des tannins poudreux pas asséchant du tout. Déjà très bon maintenant, il est parti pour une longue garde.

Le NSG recueille tous les suffrages même si le Jura est très apprécié par certains et ne dénote pas du tout parmi ces vins de plus grande réputation. Troisième vin avec peu ou pas de soufre et troisième nez qui doit attendre une aération pour se révéler.

Série 7 : Côtes de Nuits versus Vin naturel venu d’ailleurs

Nuit St Georges Confuron Cotetidot (RVF: 8/10)

Robe relativement claire, c’est curieux. Peu d’arômes, à peine un peu de fleurs. A l’aération, c’est un peu d’acidité volatile qui se détache. En bouche c’est sympa, mais pas édifiant, un vin qu’il faudrait attendre, mais qui manque quand même de structure.

Cuvée Excellence, Alsace, Christian et Audrey Binner

Retour à une robe plus 2003, nez intense de cerise fraîche, de pomme (acetaldehyde). A l’aération, ce sont des fruits plus mûrs qui apparaissent (fraise) et des épices. Très complexe. La bouche est d’un superbe équilibre et incite à boire. Longue finale complexe. Un coup de cœur pour beaucoup et une révélation quand on dévoile l’étiquette ; c’est un Alsace !

Gevrey Chambertin Vieilles Vignes, Sylvie Esmonin (RVF: 8,5/10)

Nez de vanille, de cire, de beurre gras (c’est sérieux, à ne pas confondre avec du beurre allégé type « balade » ou autre… ;-). Très alcooleux en bouche et peu acide, tout le monde passe à côté. Grosse déception, à revoir, mais nous ne sommes quand même pas d’aussi mauvais dégustateurs!

L’Alsace qui domine deux pointures (2 x 2 étoiles dans le guide vert !) de la côte de Nuits, c’est tout à fait inattendu. Ne serais-je plus le seul à adorer les vins naturels, est-ce parce que 2003 le permet ? On se met à rêver d’une revanche avec les mêmes en 2004 ou en 2005, où les écarts risquent à nouveau de se resserrer. Passionnant ! À noter aussi l’excellent ragoût aux aubergines de Philippe.

09:56 Écrit par Laurent dans Ateliers Dégustation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Juste pour signaler que depuis cette dégustation, Olivier Guyot et Jean-François Ganevat ont acquis leur étoile dans le guide vert RVF

Écrit par : Laurent | 28/01/2007

Les commentaires sont fermés.