30/01/2007

29 JUIN 2006 : L'Aménagement de la "Boutique"!

Petit flash-back; il y a maintenant bientôt 6 mois, je quittais une position enviable dans un port sommes toutes assez confortable pour prendre le grand large, sans destination bien précise, mais en étant sûr d'une chose, on ne m'y reprendrait plus! Cela faisait quelques mois que, vu la tournure des évènements et le peu de résonnace créatrice ou éthique à mes activités, je ruminais des projets d'aventures, ébauchais des plans d'évasion, quand, soudain, une rencontre disputée avec la séléçao brésilienne m'ouvrit grande la porte pour la grande finale, Sem Rancor !.

Un de mes rêves était de concrétiser mon concept de l'Odyssée des Arômes, qui mûrissait depuis bientôt 15 ans, date de mes premiers vins de fruits, en un vrai lieu de rencontres et de dégustation. Un espace ou l'on pourrait voir, mais aussi humer, et goûter toutes les étapes de l'Odyssée.Sans grands moyens, j'ai toujours tenté d'appliquer comme devise le "think big, start small" dans mes activités; on rêve le concept à fond et puis on démarre avec les moyens du bord. Je n'ai pas la folie des grandeurs et j'aime pouvoir me casser la gueule sans trop de mal; mes origines paysannes sans doute.

L'option prise assez rapidement dans ma petite tête fut de transformer notre salon en "boutique-caveau de dégustation". Evidemment, ce salon a pris un fameux cachet ces derniers mois grâce au travail acharné d'Anne. Décapage, peinture à la chaux, décoration, ... Elle qui le trouvait sombre et frois, elle l'avais enfin adopté et voilà que je lui demande déjà de s'en séparer. Il ne lui faudra qu'un bref moment de reflexion, ou de méditation, pour entendre crier ce petit salon "je veux être un magasin, je veux être un magasin..." Merci Anne pour ton soutien et ton sacrifice dans cette entreprise!

C'était il y a environ 2 mois... Bon qui dit ouverture dit évènement, il fallait une présence à la hauteur de cet évènement, non? Mais tout d'abord la date; pas évident, les examens, les départs en vacances, le souper cochon de l'école, Thorout Werchter, le festival de arts de rue de Florival; ce ne sont pas les activités qui manquent.. tant pis, on fonce (ça ce ne sont pas mes origines paysanes, c'est mon côté bélier;-).

On choisit les vignerons et on fixe la date en fonction de leur disponibilité. Mais lesquels, pas si évident, tant pis on commence par ceux qu'on a le plus envie de voir; allons-y. Fanfan est un incontournable, un ami aussi, malgré 2 venues chez TGW déjà, la Belgique n'est pas encore saturée de ses excellents chardonnay ouillés; il accepte immédiatement. Casot des mailloles, j'ai un respect profond pour la démarche d'Alain et Ghislaine et j'adore leurs vins qui ne recherche que la sensualité sans consensualité. Ce n'est pas évident, beaucoup de travail à la vigne; mais Ghislaine fera le déplacement avec sa fille Agathe, génial! Au suivant; évident aussi pour moi, Henri Milan, nous avons découvert ses vins ensemble, lors d'un atelier qui lui était consacré, mais malgré plusieurs contacts téléphoniques, je ne l'ai jamais rencontré. Un risque pour moi, un risque pour lui de venir se perdre dans un bled dont il n'a jamais entendu parlé, et chez un petit caviste débutant. Je ne sais si c'est le CR que je lui ai consacré, mais il accepte! Il prendra l'avion et nous irons le cueillir à Charleroi, ça roule. Ca se sont des valeurs sûres, mais j'ai envie de présenter un domaine moins connu des passionnés, un domaine qui monte et je me souviens de Dominique Gruhier rencontré aux grands jours de Bourgogne en Avril. Coup de fil, lui aussi accepte rapidement, décidément, c'est trop beau, je n'ai pas envie de m'arrêter, l'envie de faire un vrai salon des vins naturels l'année prochaine se fait de plus en plus sentir. Mais bon il va bien falloir arrêter la liste! Non, encore un; ce sera Bruno Schueller!

J'adore l'Alsace, ses vins et ses vignerons et Bruno fut l'un des premiers rencontrés depuis le début de cette aventure. Il hésite, on se reparle à Rouffach, mais malgré le travail intense nécessaire aux vignes accepte. Bon c'est bouclé, et puis non, je demande aussi à Thierry Mouchet de Huiloreine de se joindre à nous, c'est ok pour lui aussi! Nous serons 6!6! Bon euh, tu n'exagères pas Laurent? Ou loger tout ce petit monde, comment les recevoir? On verra bien en temps voulu;-)!

Maintenant il faut transformer ce beau salon en "boutique", faire les affiches, les invitations, commander les épices sélectionnées, les thés, les huiles, ... décider des meubles, placer un airco et tout et tout, le compte à rebours est enclenché. Heureusement, le fruit est bien mûr et tout est déjà bien clair dans mon esprit.

Sans entrer dans les détails, c'est là aussi qu'on voit ce que veut dire solidarité, notre ami Claude nous pondra un meuble par jour (y'en a 10 quand même!); on le savait peintre de grand talent, on le découvre aussi menuisier, ébéniste, bricoleur, homme à tout faire, et sans jamais de stress. "Ca me détend" nous dira-t-il. Christian nous dépannera pour les invitations, Ann et Dominique logerons des vignerons, Anne distribuera les affiches et puis tous les autres ferons ces petites choses apparemment insignifiantes mais sans lesquelles on aurait vraiment beaucoup galéré!

Merci à tous!

Nous sommes prêts les gars, vous pouvez arriver!

annetravauxatravaunatravautroi

18:15 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.