18/02/2007

24 DECEMBRE 2006: L'heure du BILAN?

Noël, la fin d'année, c'est le moment de festoyer, de gâter sa famille, ses amis, d'ouvrir de bonnes bouteilles, de penser à quelques bonnes résolutions; mais c'est également l'heure du Bilan!

Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce sketch de Michaël Kael dans "Nulle Part Ailleurs", et cette fameuse phrase, que je ne peux m'empêcher de répéter:"Mais c'est également l'heure du bilan". C'est bête mais rien que d'y penser, cela me fait rire, cet humour de potache. Bon je disais donc l'heure du bilan; oui, après une année au cours de laquelle cette activité qui était secondaire est devenue principale, il est bon de s'arrêter et de regarder le chemin parcouru. Et bien, c'est pas mal, l'ouverture de notre boutique, la diversification des activités (tisanes, huiles, épices, ..), les dégustations hebdomadaires, les ateliers de l'Odyssée, notre Marché de Noël, les cours de la true great wines academy, ... non, on a pas vraiment chômé et votre intérêt pour ces activités parallèles au vin n'a pas flanché.

Ce ne sont pas les idées qui manquent pour la suite, on va simplement tenter de structurer le tout un peu mieux afin que vous puissiez vous organiser au mieux. Le programme bientôt!

Et puis notre carte vins s'est aussi développée, avec l'arrivée de nouveaux vignerons, du Sud (Henri MILAN, Borie la Vitarèle, Mas de Cynanque), mais aussi de l'Est (TROSSET et BERLIOZ en Savoie, GRUHIER en Bourgogne et une palette unique de crus du Beaujolais, DUCROUX, LAPIERRE, LAPALU, GUIGNIER, DESCOMBES, ...), et puis la Loire avec MOSSE et HEREDIA, et puis plein d'autres encore, ce qui ne nous a pas empêché de rester fidèle à nos préférés, CASOT des MAILLOLES, TRAGINER, BARRAL, SCHUELLER, SCHAETZEL, LESCURE, GUYOT, BEAU-THOREY, BEAUFORT, MARMANDIER-BERNIER, et je m'arrête là, sinon je les cite tous;-)

Allez si on devait faire un choix sur les plus belles bouteilles de l'année, elles sont très nombreuses, mais voici une petite sélection intuitive

Le ROSE

bilan3Enfin, pas n’importe lequel, le rosé d’Anjou ! Mais pas le sucraillon qui cogne furieusement la tête, non le rosé d’Anjou 2004 de René Mosse. Une gourmandise à peine sucrée, tout en corbeille de fruit, la fraise apportée par le grolleau, la framboise, la cerise,… Petit hic, ça se boit comme de la grenadine ….souvenir de fin de soirée de mes 45 ans…. ;-)En 2005, par réaction au déclassement systématique des meilleurs de l’appellation (Angéli, …) il sera en vin de table et Achillée le rosé de René ;-)

Les BLANCS

Anjou, Chenin, Rouchefer 2003 de R. MOSSE

Oui, un 2003, une vraie gourmandise aromatique, qui même dans ce millésime a gardé beaucoup de fraîcheur.

Jura, Savagnin, Vignes de mon Père 1998, JF GANEVAT

Ouillé pendant plus de 6 ans, c'est la gifle, très grand vin, acidité jurassienne sur une matière imposante, nez complexe entre les fruits exotiques et le monde oxydatif. Grand !

Roussillon, Blanc du Casot 2004, Casot des Mailloles

Ouvert en fin de soirée, après la dégustation des vins d'Henri Milan, c'était un grand moment, gras, puissant, complexe au nez, du superbe grenache onctueux, miam et ouf, j'ai pu rentrer un peu de 2005.

LES BULLES

bilan4Boisson Rouge, Gamay, E. HEREDIA

Du pet nat, je me demande si pour moi 2006 n'aura pas été l'année du gamay. Celui-ci est super désaltérant, fruité sur la framboise, fraise et la pomme reinette, vivement le printemps prochain!

Grand Cru Réserve, J. BEAUFORT

Doux Polisy 1988, J. BEAUFORT

Deux champagnes superlatifs, le premier allie finesse, longueur et puissance, sur un nez complexe d'agrumes confits, de pollen frais, de gingembre, on s'arrête là! Le second, c'est un grand moment, le nez sur le miel, le litchi, la truffe avec des sucres complètement intégrés, c'est magique, un vin de méditation.

Terre de Vertus 1er cru, LARMANDIER-BERNIER

Non dosé, ce vin, droit comme un I, c'est aussi un vin de garde. Cette bouteille avait 2 ans de cave et présentait une belle puissance avec une mâche minérale, crayeuse, mais aussi des arômes de noisette pralinée et de brioche. Plus qu'élégant, délicieux.

LES ROUGES

Outre un Clos de Tart 2001 d'anthologie mais impayable, du vrai velours, des arômes presques sudistes, mais avec de la fraîcheur mentholée et une longueur, une longueur, ...Les pinot noirs LN012 2004 de SCHUELLER et la cuvée excellence 2003 de BINNER, elle avait dominé nombre Bourgogne de plus grande notoriété.

bilan1

Le premier pour sa densité, sa rondeur, ses arômes complexes, fruités et épicés qui se livrent au fur et à mesure que la réduction disparaît, génial. Le second, étonnant de fraîcheur, le sans soufre n'y est sans doute pas pour rien, qui livre ses arômes de cerise et de framboise avec un peu de pomme verte bienvenue, et puis une sève mûre et gourmande; je suis très curieux de goûter les millésimes suivants.

Le Clos MILAN 2001 de Henri MILAN

Le domaine MILAN est certainement ma révélation de l'Année; ce vin traduit bien ce coup de coeur, cette douceur en bouche, ces arômes de cerise, de chocolat, ces tannins encore un peu poudreux, un grand vin pour la table.

bilan2

Les Crès 2001 (ou 2002) de Borie la Vitarèle

Tout en puissance, c'est un vin d'hiver, chaleureux, épicé, à la longueur interminable, le genre de vin dont j'ouvrirais volontiers une bouteille au coin du feu. Miam! Le 2002 est plus austère, mais allie densité et fraîcheur, un style adorable!

Le Beaujolais

Oui, cette région tant décriée, regorge d'excellent vignerons et de vins de grand plaisir, à boire, à garder, à partager. Mon coup de coeur du général en 2006!

07:04 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.