27/02/2007

BUVEUR de CONTRE-ETIQUETTE

C’est une réflexion que j’ai eue suite à la lecture du super bouquin de Jérôme van der Putt « le vin bio mode d’emploi » Un livre que tout le monde devrait avoir lu, pas seulement ceux sensibles à la culture bio ou aux vins naturels, mais tous les passionnés de vin. Ecriture et structure claire, précise, sans littérature inutile (les mauvaises langues diront que je sais de quoi je parle ;-) et sans polémique. Il reprend aussi quelques beaux CR de vins naturels illustrant très leurs caractéristiques ; une belle source d’infos.

Il y prêche (le mot un peu fort) pour que le vigneron indique, sur la contre-étiquette, plus d’informations sur ses méthodes, à la vigne comme à la cave.

Vin-bio

Le Vin Bio Mode d'emploi reposant sur des bouteilles de Schueller (bio non certifié); Jérôme appréciera, je crois, mon clin d'oeil!

Il y a aussi depuis peu, la législation qui impose le sigle de la femme enceinte, mais aussi le fameux « contains sulfites » ; que le vin soit vinifié sans ou qu’il en soit chargé à balles de guerres.

Je sais que les adeptes de « la vérité est dans le verre » me diront que … cela n’a pas d’importance à leurs yeux puisque … la vérité est dans le verre. Mais enfin, ils aiment quand même bien connaître, j’imagine, le millésime, l’encépagement … Enfin peu importe, leur opinion est tout à fait respectable, mais on connaît donc déjà leur avis, pas la peine d’en rajouter ;-). Et puis flûte, je le reconnais sans fard, je suis un buveur de contre-étiquette ; comme je le disais par ailleurs, j’aime voir sous le capot, j’aime m’enthousiasmer en connaissances de cause.

Beaucoup de bouteilles en possèdent déjà, mais souvent, elles sont très vagues, et souvent bêtement publicitaires. Donc pour ceux qui restent sur leur faim quand aux précisions d’une étiquette, plus d’infos est nécessaire.

Quelques mots sur le domaine, sur la viticulture, la vinification et le vin lui-même. Mais trop d’informations ce n’est plus de l’information ; alors à votre avis ; s’il en faut, ce seraient lesquelles ?

Pour moi : en ce qui concerne la viticulture, il y a les certifications, ecocert, demeter, terra vitis pour la lutte raisonnée ; ça vaut ce que ça vaut, mais ceux qui n'en veulent pas, devraient peut-être s’abstenir de faire référence à l’environnement. Par contre, la démarche peut être précisée, sans pour autant, comme il est très bien mentionné dans le bouquin de Jérôme van der Putt, nous mettre des coccinelles partout !

L’encépagement, ça c’est simple et utile, ça m’aurait déjà épargné des heures de recherche sur google !

La teneur en alcool est obligatoire (mais pas toujours correcte), celle en sucre est parfois très utile, même si les puristes me diront que ce qui compte c’est la sensation sucrée et non la valeur mesurée. C’est vrai, mais bon cela limite quand même le risque d’erreur ; et puis on peut préciser, s’il est gustativement sec ou autre…

L’absence de chaptalisation (j’imagine mal, le vigneron mentionner qu’il chaptalise;-) bien que certains ne s’en cache pas) . Les affirmations mensongères pourraient être décelées (la RMN dans le cas de la chaptalisation), rappelons nous la polémique sur cette même toile à propose de Climens.

L’absence de tout intrant, enzymes, gommes, autres poudres de perlimpimpim…S'il est non filtré, non collé…

Sa vision du sulfitage (pas d'ajout, vinification sans, uniquement à la mise, dosage, ..), car pour les vins sans soufre ; on entend tout et son contraire.

Les conditions de stockage (moins de 15°C pour les vins naturels). C’est vrai que pour certains vins bio, et principalement ceux dits naturels ; un mode d’emploi serait parfois bien nécessaire.

Car mettre des infos sur la contre-etiquette, c'est aussi s'engager un peu, un peu plus que le discours classique; car si les paroles s'envolent, les écrits restent.

Bref, si les bons vignerons "nature" pouvaient déjà, être certifiés bio, ils pourraient ensuite indiquer, sur la contre-étiquette, que leurs vins sont vraiment produits, à la cave, sans autre additifs autre que le sulphite. Cela augmenterait sensiblement la transparence et j'en serais très satisfait...

19:28 Écrit par Laurent dans Coups de Gueule | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Vu la couverture les dessins sont de Magritte en plus !

Écrit par : Jean Marc | 03/03/2007

les contre étiquettes j'aime d'autant plus ce coup de gueule qu'avec la nouvelle réforme des aoc à venir, nous serons bien obligés de mentionner nos réels méthodes de travail en vigne et à la cave, vu que toutes les technologies oenologiques vont être autorisées. Qui des copeaux de bois, qui de l'osmose inverse, qui de la flash pasteurisation ; à coté des quelles chaptalisation, enzymage, levures éxogènes feraient presque figures d'expression de terroir. En ce qui nous concerne, nous avons choisi la certification, car nous sommes convaincus que c'est le seul moyen pour nous d'aller au bout de notre recherche du vin complètement naturel. Pourtant, chaque organisme certificateur a mis tellement d'eau dans son vin pour s'ouvrir au maximum de monde...

Écrit par : bonnelle | 04/03/2008

d'où l'importance de laisser la vente du vin à de vrais pros dont c'est le boulot de se renseigner,de gouter et de conseiller au mieux.La contre étiquette avec liste d'ingédients,c'est bon pour les grandes surfaces.

Écrit par : sandrine | 16/03/2008

Contre étiquettes A propos des buveurs de contre-étiquettes, ce post (en anglais) pourra vous amuser...

http://hlalau.skynetblogs.be/post/5828574/bureau-of-awful-trite-labels

Écrit par : Hervé Lalau | 02/05/2008

merci pour le lien, je vais lire cela de suite

Écrit par : LaurentVinature | 03/05/2008

Donc, je suis chançard, mais ne qu’à moitié car c’est juste la moitié de ce bouquin que je viens de me familiariser avec. Vraiment inspirant, n’est-ce pas ?;)

Écrit par : Finley - Gic Rates Canada | 23/05/2009

exemple de contre-étiquette en passant par madame Comme, je suis arrivé à votre blog...très copieux et agréable. Concernant les contre-étiquettes, j'aimerais que beaucoup de vignerons fassent comme nous(depuis 2001, c'est à dire contre-étiquette indiquant nombre d'informations sur les méthodes de vinifs et consservations et surtout les taux de SOé après mise en bouteille. Dommage on n'a pas du se rencontrer à Olne.
JM Rieux domaine de Gressac

Écrit par : JMR | 22/06/2009

Les commentaires sont fermés.