19/04/2007

YOURTE AU BORDEAUX!

Il y a parfois de ces coïncidences, ou de ces signes assez étonnants, ou suffisamment étonnants que pour se poser quelques questions. De là à croire, non pas au destin, mais à un certain destin, il y a un pas que je ne franchirai peut-être pas aujourd’hui. Mais ce dont je suis de plus en plus sûr, c’est qu’il n’y a pas que du hasard. Et en tout cas, que ce sont des signes, je l’ai appris en débutant cette aventure (voir Le Choc), qu’il ne faut pas manquer de saisir au vol.

Je m’explique. Il y a quelques semaines, j’avais remis en ligne un article écrit l’année précédente qui tentait d’expliquer ma désaffection pour bordeaux (dés-affection, mot qui reflète bien le sens de mon sentiment). Je l’avais intitulé en clin d’œil, « les 7 péchés capitaux de Bordeaux ». Je me fais rapidement reprendre de « volée » par Olif , avec qui je partage un certain goût de vins plutôt nature, qui me cite un château, le Château Planquette, dont il a dégusté deux millésimes superbes de … naturel. Hasard, coïncidence, c’est le seul nom que j’ai sur ma « to do list » (désolé Claude ;-) des domaines (euh pardon, des châteaux) à visiter à Bordeaux. J’avais en effet été séduit par le franc parlé de Didier Michaud sur Iacchos, pas du tout langue de bois (alors qu’à Bordeaux le bois est partout ;-). Mais bon les priorités étant autres, il restait un nom sur une liste et il aurait pu le rester encore longtemps si mon Olif préféré ne m’avait pas lancé ce signe clair et net ! Je prends donc le téléphone et quelques jours plus tard, une bouteille de Planquette 2004 se trouve dans ma carafe.

Presqu’en même temps, je reçois un mail assez sympa du régisseur de Pontet Canet , château grand cru classé de Pauillac que j’avais cité dans l’article, car à ma connaissance il était en conversion bio, ce qui s’est avéré exact. Jean-Michel Comme me demandait de préciser ma pensée sur le vin naturel ainsi que mes doléances vis à vis de Bordeaux. Nous échangeons quelques mails et il me propose de lui rendre visite à ma meilleure convenance, vraiment sympa !

Voilà deux bonnes raisons d’aller à Bordeaux, mais j’ai du boulot. Et quand je vais en France, c’est pas pour du tourisme ;-). Je ne vois vraiment pas m’absenter pour ce qui n’était pas vraiment une priorité.

Et pourtant, toujours parallèlement, ma tendre prépare son projet de construction de yourte et tout à fait indépendamment, choisit de le faire dans les Pyrénées atlantiques. Tiens c’est pas trop loin de Bordeaux çà. Très vite, le plan se goupille, Anne ira en train dans le Sud-Ouest, les enfants sont en stages la deuxième semaine de Pâques, et moi j’irai rechercher Anne là bas en faisant ma petite étape dans le Bordelais. Pas évident, j’avais plein d’autres choses à faire, mais les signes, je vous le dit, il ne faut pas les louper tous ! Ou loger ? Didier propose immédiatemetn de m’héberger ; génial, je suis parti!

Je vais donc vous conter ces deux visites, apparemment aux antipodes l’une de l’autre, Pontet Canet, un vrai château de Pauillac grand cru classé du Médoc en 1855, 80 ha de vignes et le château Planquette, petit domaine de 1,5 ha tenu par un parisien des banlieues rouges. A ne pas rater !

Château Pontet Canet

bordeaux2

Château Planquette

bordeaux1

21:23 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.