11/05/2007

CRU CLASSE et BIO

Et pas le moindre, le Château Pontet Canet, cru classé de Pauillac à décidé de passer en bio. Sous l'impulsion de Jean-Michel Comme, directeur technique, et avec la bénédiction du propriétaire Alfred Tesseron, le château a commencé sa conversion en 2005. L'évolution devait se faire en douceur, un tiers de la surface la première année et puis un deuxième et puis la totalité (80ha). Mais au vu des bons résultats et fort de son expérience dans son propre domaine (Château du Champ des Treilles à Sainte-Foy-Bordeaux), Jean-Michel a tenté l'expérience sur toute la surface, et avec succès malgré la difficulté du millésime 2006.

Vous le savez, ma visite au Château Pontet Canet n'étais pas due au hasard (au destin alors?;-) mais faisait suite à une invitation de Jean-Michel qui, après avoir lu mon post sur Bordeaux , voulait en savoir plus sur ma définition des vins naturels et m'expliquer son approche. Déjà une belle preuve d'ouverture d'esprit.

Je quitte donc les vignes enherbées du Château Planquette pour celles de Pontet Canet. Le château est situé tout près de celui de Mouton Rothschild.

pcmouton

J'arrive au château, c'est un vrai château;-) le contraste avec la fermette de Planquette est amusant. Une secrétaire m'accueille, Jean-Michel Comme arrive peu après. Il a été engagé en 1989, et c'est manifestement une belle relation de confiance qui unit Alfred Tesseron (propriétaire) à son directeur technique. Ou régisseur, peu importe le titre, ce sont les responsabilités qui sont importantes, et celles de Jean-Michel Comme vont de la vigne à la bouteille. A la fois chef de culture et maître de chai, il a donc peut-être un peu de latitude pour mettre dans Pontet-Canet un peu de Pontet-Comme. Je suis curieux de le découvrir.

pcchateau

Première étape dans un hangar où Jean-Michel me montre et m’explique les préparations d’orties et de saule, le dynamiseur, les produits utilisés. C’est que Pontet Canet est non seulement en conversion bio mais aussi en biodynamie. Vous savez qu’autant je suis, plutôt militant quand il s’agit de supprimer l’utilisation d’herbicides et de pesticides inutiles, autant les moyens pour arriver à les éviter sont libres, même si j’aime à les comprendre. La biodynamie fait partie de ceux-là. J’avoue même que j’y perds un peu mon latin scientifique dès que l’on m’emmène dans les cycles astraux et que l’on dynamise. Mais pourquoi pas, je n’ai pas non plus la preuve du contraire, de plus ces méthodes sont utilisées par des personnes saines d'esprit, aux bases parfois bien scientifiques, comme Olivier Humbrecht, détenteur du plus haut diplôme en vin, le fameux master of wine. Non, ce qui m’importe c’est la passion que l’on y met, je suis à peu près certain que si on applique bêtement des règles ou un cahier de charges, le résultat sera à la hauteur de la passion investie. Donc si on me parle avec passion de la biodynamie et qu'elle est réfléchie, comme dans le cas de Jean-Michel, je dis bravo !

pcdynpcortiepccomme

Nous montons dans sa voiture (non ça c’est la 2CV de Planquette;-), et j’y découvre un bouquin traitant des plantes indicatrices sur le siège passager. Je lui demande s’il l’a déposé intentionnellement ;-) (Jean-Michel si tu me lis, tu n’oublies pas de m’en envoyer les références).

pcdcv

Nous visitons les vignes et cette belle croupe graveleuse, logée près de Mouton Rotschild et qui est le cœur de Pontet Canet. Les sols sont relativement peu envahis, mais n’ont apparemment pas été désherbés, juste labouré. Le labour de la totalité de la parcelle est en cours. Les tailles sont terminées, elles commencent très tôt pour finir en février, le dicton cher à Didier Michaud « taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de Mars » n’est apparemment pas applicable ici; en raison de la superficie, me dit Jean-Michel. Il faut dire aussi que Pontet Canet est un des seuls domaines qui utilise du personnel mensualisé, contrairement au paiement à la tâche, beaucoup plus répandu. Si cela garanti au salaire toute l’année au personnel, il faut aussi « faire avec » et lui donner du travail toute l’année.

pccroupepclab

Par contre, on dit souvent que le bio est plus difficile pour les grands domaines. La réponse est claire, c’est faux, en tout cas pour un domaine à la réputation de Pontet Canet. Au contraire, les moyens financiers permettent d’investir dans le bon matériel nécessaire et d’agir parfois beaucoup plus aisément qu’un petit vignoble méconnu. Bien sûr j’aimerais revenir plus tard dans l’année, quand la vigne subit la pression de ses prédateurs fongiques et insectes; mais ce qui transpire surtout de cette discussion, c’est la passion et l‘envie de faire mieux de Jean-Michel Comme. Cela mérite déjà nos félicitations. D'autant que cette approche est encore loin d'être entrée dans les moeurs bordelaises; Jean-Michel regrettant la "solitude" qu' a engendré cette démarche. Pas de questions, pas de discussion, appremment peu de collègues sont intéressés. Patience, ouvrir la voie n'est jamais aisé. Il faut aussi souligner la témérité d'Alfred Tesseron (ce sont ses billes après tout;-) pour avoir engagé son château et sa réputation dans cette voie, qui, à court terme, ne lui amènera pas un eurocent de plus (et le château ne recherche pas vraiment la médiatisation de cette approche). Comme quoi, voici un second exemple (après le Château Planquette) qu'à Bordeaux, l'argent n'est peut-être pas la seule valeur.

Nous revenons au chai et nous visitons les installations, égrappage, table de tri, cuvaison en foudre ou en cuve béton, c’est impressionnant. Pendant la visite du chai, nous croisons un groupe mené par Alfred Tesseron, au sein duquel je crois reconnaître ce visage élégant, coiffé de longues boucles blanches, tout droit sorti d’un livre d'histoire du Moyen-âge. Je m’arrête, je frotte les yeux, les boucles s’évanescent, non ce n’est pas Thomas Barton, mais son arrière petit-fils Anthony, du Château Leoville Barton ;-)

pcchaipcbetonpcfoudrepctablepchaut

Même si les effets ne sont pas immédiats, tout semble donc bien en place à la vigne pour faire un raisin naturel, mais Pontet Canet est-il pour autant un vin naturel? Car c'est bien sur base de cette question que je me suis retrouvé à Pauillac ce 12 Avril 2007. Pour rappel, et en très résumé, qui dit vin naturel, dit pour moi, vin bio, sans intrants en cave autres que le raisin, un strict minimum de sulphite et si possible uniquement à la mise en bouteille. Pas de techniques comme, par exemple, la chaptalisation et l'osmose inverse (généralisée dans le bordelais) qui dénaturent le raisin, le terroir et refusent ce que le millésime peut offrir.

J'ai vite senti que sur le sujet vin nature, la discussion était moins confortable. Je n'ai d'ailleurs pas posé toutes les questions que j'avais en tête, car la première pierre d'achoppement fut déjà la perception du boisé. Nous avons goûté un échantillon du 2006, la dominante boisée est pour moi très gênante, surtout sur un millésime dont j'ai goûté la veille un fruit très intéressant. Ici, nous sommes en face d'un Bordeaux jeune très classique, qu'il faudra attendre en raison de ce boisé à mon sens excessif. C'est d'autant plus dommage que le fruit existe; mais il se laisse deviner, désirer parmi cette luxueuse forêt. La bouche est fraîche, avec des tannins un peu bourrus et une acidité qui réveille les sens.

pcdeg

Le vin est élevé sous 60 % de bois neuf. Est-ce le reflet du goût du propriétaire ou de son maître de chai, peut-être. Je crois que c'est aussi une contrainte dictée par les gourous et par l'image que certains critiques influants se font du grand vin. Quelle serait en effet la cote Parker, si demain, Pontet canet proposait un échantillon sans bois neuf. Et quelles seraient les conséquences sur les ventes dont le réseau se base exclusivement sur ces informations. Et quel serait la réaction du consommateur, qui apprécie encore beaucoup cet aspect du vin (le bois et les notes Parker;-). Oui, si l'influence de Jean-Michel Comme se fait incontestablement sentir à la vigne, je reste sur ma faim sur le résultat en bouteille, même s'il est meilleur que ses pairs. J'en fait part à Jean-Michel Comme qui me propose de participer à l'élaboration d'un fût l'année prochaine, c'est noté, et attention j'ai très bonne mémoire;-). Nous ne nous quittons pas comme cela, je suis invité à partager la table de Jean-Michel et de son épouse qui est en charge du domaine familial "Champ des Treilles", en culture biologique depuis un peu plus longtemps. Une fabuleuse lamproie à la bordelaise est précédée par une dégustation des vins du domaine, ce sont les blancs qui attirent le plus mon attention, un 100% sémillon et un autre à forte proportion de muscadelle. Très intéressant et certainement à regoûter. Voilà, Jean-Michel est appelé au domaine (un grand merci pour son temps et son accueil), je converse encore un peu avec Corinne, très accueillante et qui aime manifestement aussi partager sa passion. Je leur laisse le bouquin de Jérôme van der Putt (vin bio mode d'emploi), une douzaine de Moinette bio et un Poulsard "nature" de Jean-François Ganevat. C'est sûr, on se reverra, et maintenant, vous le savez, Bordeaux-Cru Classé et Bio ce n'est pas incompatible!pcchamppccor

Corrine, épouse de Jean-Michel et vigneronne au Champ des treilles, au milieu des vignes de Pontet Canet. Celles à gauche, à l'aspect lunaire, n'appartiennent pas à Pontet Canet....

13:19 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Passionnant. Amatrice de vin également, j'ai croisé votre blog au fil du web.

Écrit par : Marie-France Vienne | 11/05/2007

merci Catherine, je vais aller faire un tour sur le vôtre également

Écrit par : LaurentVinature | 11/05/2007

Je suis bien charmée par tous ses détails lesquels y sont présentés en une telle abondance que ma tête est tournée à cause de ce kaléidoscope des impressions. Je vais vous rendre décidément la visite encore.

Écrit par : Ellis - Money Game | 26/04/2009

Toutes ces photos sont totalement adorables. J’ai l’impression qu’il existe une certaine histoire palpitante et surprennante cachée derrière chaque cette image. Les visions du Château Pontet Canet qui ne peuvent pas rester personne bien indifférent.

Écrit par : Eva - Swine H1n1 Flu | 18/05/2009

Bravo pour ces photos et pour cet article, cela donne vraiment envie de venir vous voir.

Écrit par : Mali | 13/06/2010

Les commentaires sont fermés.