04/10/2007

UN CANARD QUI FAIT COING COING

Coing Coing? Non ce n'est pas un canard marseillais, mais une recette de cuisine bien sûr, j'y reviendrai...

J'adore l'automne, d'ailleurs j'adore les saisons même s'il y en a de moins en moins. Et l'automne, c'est génial, la saison des couleurs, du gibier, des champignons, des premiers feux de bois, mais aussi des soirées parfois douces où l'on peut encore lézarder à l'extérieur. Et puis aussi la saison de ce fruit oublié, le coing. J'aime le coing et j'en aime son arôme que l'on retrouve dans un de mes cépages préférés, le chenin. Alors voici dévoilée sans pudeur, les détails de ma relation privilégiée avec ce fruit. Ce fruit, né sur un cognassier ou coignassier, c'est un gros fruit, à l'aspect d'une poire, d'une grosse poire; mais il m'a aussi été dit que j'avais de beaux citrons ;-)

coing5

Le cognassier est un arbre originaire de Perse, des pays de l'Est de l'Europe, mais il est implanté depuis longtemps en Europe de l'Ouest. Il est peu cultivé, mais est souvent choisi comme porte greffe de poiriers. C'est manifestement (j'en ai 2 dans le jardin) un arbre vigoureux, qui résiste bien à la sécheresse (l'un d'entre eux est planté sur ma butte très sablonneuse) et le brave n'est quasiment jamais malade. Moi qui fuit les traitements, c'est une véritable aubaine. Et comme un bonheur vient rarement seul, il donne rapidement après plantation, des quantités affolantes. Il ne faut pas hésiter à le calmer et retirer quelques fruits pour éviter la rupture des branches.

coing3

coing4

Mais le fruit, ce fruit dur et inmangeable cru qu'en fait on? Le grand classique, de la gelée de coing et de la pâte à coing. C'est délicieux et on peut la varier en utilisant des épices ou des herbes car le goût du coing un peu mielleux se marie à ravir avec la lavande, l'eucalyptus ou le poivre de Sichuan pour ne citer que ceux qui me passent par la tête.

Chaque année, je réalise également un vin de coing, qui a eu sont petit succès lors de notre balade nature, champi et escargots . La recette est simple, comme souvent, tout est dans l'ingrédient. Vous choisissez des coings bien mûrs (très odorants, s'ils ne sentent rien, n'escompter pas d'arômes dans le vin;-), et vous les broyez. Je le fais au broyeur à bois, facile. La pulpe est placée dans une tourie à large col, vous couvrez d'eau et vous rajouter le sucre en quantité nécessaire pour atteindre le degré voulu (et en vous rappelant qu'il faut environ 18g de sucres pour faire un gramme d'alcool et que le coing est peu sucré). Vous ajoutez le pied de cuve que vous aurez pris soin de préparer sur un bon jus de pommes bio. Et c'est parti. Vous constatez que j'ensemence directement, sans faire de macération et de pressurage préalable; cela évite l'ajout des sulites que j'aborrhe. Ensuite vous pressez, mais ll ne faut pas l'être; la macération doit durer au moins 2 semaines, voire plus selon que vous voulez jouer sur la finesse ou le corps. Le vin s'affine dans une tourie et là vous choisissez si vous voulez un vin sec ou moelleux. Soit vous le laissez en tourie et le consommez selon vos envies, cela évite à nouveau l'ajout de sulfites ou de pasteurisation. Si vous le voulez en bouteille, optez pour cette dernière; 20 minutes à 60 degrés devraient suffire si votre vin a été bien décanter auparavant. Le vin est clair, pas besoin de filtration non plus!

Si vous êtes coing coing mais pas vin vin, ce fruit offre de multiples possibilités hélas trop peu usitées. Chaque année, j'en explore de supplémentaires; en voici deux:

Potage de Cucur et Coings aux épices

Apparemment, la soupe de coing est un classique en Europe de l'Est, je ne l'avais encore jamais testée. Comme l'automne c'est aussi le temps des cucurbitacées, des potirons, potimarrons, pâtissons et autres fruits bizarres. Profitons en. Vous prenez ce que vous avez sous la main, avec si possible au moins un demi potimarron. Moi j'avais des courgettes et aussi des pâtissons. A la louche les proportions: 1/2 potimarron, 1 courge, 1 pâtisson et 2 coings. Quelques oignons et une pomme de terre pour épaissir un peu si besoin en est. Le coing doit être pelé et son trognon grumeleux enlevé. Il ne doit rester que la partie vraiment charnue. Vous faites suer les oignons, vous rajoutez les coings, et ensuite les autres ingrédients. J'ai tout cuit ensemble, mais vous pouvez aussi cuire le coing séparémment et le rajouter ensuite. Vous couvrez d'eau. Quand tout est cuit, vous passez votre soupe, rajoutez une rasade de crême et les épices. J'ai opté pour le paprika (ne pas hésiter sur la dose) et un peu de curry Sambhar. Le coing domine la soupe et doit à mon avis être amadoué par ces épices. Le résultat fut en tout cas très apprécié par les enfants.

coing6

coing7

Très original et très bon, toutes les variantes sont permises! C'est vrai, le coing offre d'énormes possibilités sous forme de soupes .

Mais les enfants aiment aussi les desserts, et quand on a bien mangé sa soupe, félicité son papa, on a droit à un dessert;-). Cette fois, ce sera un

Crumble de pommes et de coings à la fève Tonka.

Archi simple le crumble. Une bonne farine de froment bio, vous ajoutez la moitié de la dose de farine en sucre de canne bio, vous mélangez le tout et rajoutez de l'huile de tournesol toujours aussi bio (celle que je vends a un petit goût praliné du meilleur effet) ou du beurre si vous n'avez pas peur. Vous mélangez, la consistance doit être celle du sable un peu humide.

coing1

Vous épluchez vos coings, et vous faites cuire peaux et trognons dans un fond d'eau. Vous égouttez le tout et puis vous faites cuire vos gros dés de coing dans ce jus très parfumé et un peu visqueux (pectine). Vous choississez et pelez de bonnes pommes bio bien goûteuses, pas de golden ou des granny de grâce, des pommes de verger!.Vous étalez vos morceaux de pomme crus et de coing cuits dans un plat ad hoc, vous couvrez avec le mélange de farine et pour le prestige, vous rapez une demi fève Tonka par dessus. Vous enfournez dans le four préchauffé à 180, et vous laissez cuire environ 40 minutes à 200°.

coing2

coing

Vous servez chaud (ou froid) avec une belle boule de glace maison et de vanille boutique. Génial. Accord parfait avec un chenin moelleux du domaine Mosse 2005 ou la cuvée Carabas 2003 du domaine la Garrelière.

Et la recette du canard coing coing? Patience, c'est pour bientôt; testez d'abord celles-ci et racontez moi;-)

Commentaires

j attends impatiemment la recette du coincoin aux coings !

Écrit par : digitale | 05/10/2008

La soupe de coing c'est le pied.
Tous chez georges.

Écrit par : Georges | 20/01/2009

Georges oui, je l'ai faite aussi, originale et bon, certains ont mis quelques minutes à apprécier...

allez tous chez Georges (c'est ou et c'est qui Georges ??? ;-)

Écrit par : LaurentVinature | 20/01/2009

Votre préférence saisonnière est juste la même que la mienne. L’automne nous octroie des biens inappréciables et cette recette n’en fait pas l’exception. Prenons notre pied!

Écrit par : Leo - Hotels In Madrid | 03/07/2009

Les commentaires sont fermés.