02/06/2008

BACK TO THE FUTURE

L'avantage de la passion du vin et de sa dégustation, c'est que l'on peut à sa guise voyager dans le temps. Bon tout le monde n'a pas les moyens de faire remonter la machine très très loin, mais même d'un an ou deux, c'est amusant. Alors, quand on prend le volant pour aller déguster des 2006 et des 2007 dans le Jura, ou dans le Rhône, c'est le plaisir de voyage en troisième dimension ;-).

Lever à 5 heures, le premier rendez-vous est chez Matthieu Barret, début d'après midi. Beaucoup de travaux et quelques orages plus tard, j'arrive dans le petit village de Cornas, j'introduis ma camionnette au forceps et non sans dégât dans son jardin et nous commençons la dégustation. On débute par une nouvelle gamme de négoce WC (pour Wiedman Chatain) assez amusante; comme le nom l'indique, il faut la gratter l'étiquette pour découvrir le cépage de la cuvée dégustée. 'Blind Test 7.2." développe des arômes agréables d'abricot, possède une belle fraîcheur et du gras. Je lance "Roussane", bingo, c'en est, faut dire que je m'imaginais bien que le vin provenait du coin, ce qui limite le rayon d'erreur;-). Le deuxième Blind Test 7.1., pas de doute non plus, c'est une belle syrah avec une certaine profondeur, une finale chocolatée. C'est plus que sympa. Encore un dernier avant d'entrer dans la cuverie, c'est la cuvée VIP 2006 (Véritable Initiateur de Plaisir). Assemblage de gamay et de syrah, la cerise se laisse croquer comme une friandise, c'est un peu rustique, mais il y a du raisin. A suivre!

On passe ensuite aux choses sérieuses, avec la dégustation des Cornas 2006.

Brise Cailloux

2006 se boit admirablement, c'est suave, avec de la vivacité, les tannins ne sont pas boudeurs et le jus est très nature. Très beau vin qui se lisse déjà bien boire actuellement. Les terrasses de Serres ont un équilibre superbe, beaucoup de longueur, poivre minéralité, les tannins encore bien présents garantissent une garde de bien 10 ans, mais on pourra le goûter avant. Ensuite, c'est le plateau ensoleillé de Cornas et les Billes Noires, le nez est très mûr, c'est un vin d'une puissance rare, mais équilibré. Les tannins sont encore bourrus, mais quelle longueur. Un Cornas qui porte bien son nom, de très très grande garde. Nous passons ensuite à la dégustation sur cuve, en commençant par les cuves béton et en forme d'oeuf qui contiennent une partie du No Wine's Land. Cuvée bien nommée car les vignes proviennent en partie d'une zone assez qualitative située entre St Jospeh et Cornas. Bien nommée aussi car en 2006, pour moi, ce sera No Wines tout court. Matthieu s'est manifestement emmêlé les pinceaux dans les allocations et mes 120 bouteilles sont partie en fumée. Mon ire était à la hauteur de la qualité de ce fabuleux Côte du Rhône, mais bon consolation, le 2007 est d'une gourmandise extrême, selon l'assemblage, plus structuré ou plus rond, Matthieu se tâte encore, faisons lui confiance. Je ne prends pas de notes, mon but est d'avoir une impression générale

22:19 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.