10/06/2008

Le VIN sans SOUFRE (I) n’existe pas!

et en plus il est très rare !

Non, je n’ai pas pété mon dernier plomb, et d’ailleurs je vais m’en expliquer! Cela fait quelques années maintenant que je déguste et fais déguster ce type de vin. Je vous en propose ici, en quelques épisodes, une synthèse, à la fois théorique mais aussi pratique.

Au-delà du bio, et sans doute pour prolonger cette approche, respectueuse de l'environnement, du raisin et du consommateur, à la cave; des vignerons réalisent du vin sans additifs, le plus proche possible du raisin, le « plus naturel possible », à la recherche d'un idéal technique et gustatif. Vendanges manuelles, absence d’enzymage, pas de chaptalisation, refus de l'osmose inverse, rejet des pratiques d’acidification ou de désacidification, pas de tannins de pharmacie ou de levures aromatiques sélectionnées. Bref, rien que du raisin, pas de ces poudres de perlimpinpin choisies parmi 2 à 300 produits autorisés par l’œnologie moderne ou de techniques traumatisantes pour un raisin qui a finalement beaucoup de mal à comprendre pourquoi tant de haine. Avec du travail, un peu de rigueur, de compétence, de passion, d’idéal et peut-être d’éthique, il y a une autre voie possible. Ces vignerons encore très minoritaires l’ont choisie et ils font ce que l’on appelle maintenant des vins "nature" ou « naturels ».

Ces hurluberlus diminuent aussi drastiquement leurs doses de SO2 (sulfite), et, alors que la plupart des œnologues vous diront que c’est impossible, vinifient parfois d'excellents vins sans y ajouter le moindre milligrame, de vrais « vins sans soufre ! ». Nous le verrons, ils ouvrent ainsi une porte vers un grand plus de diversité de goût et remettent en question les pratiques sécuritaires de châteaux et domaines réputés, confortablement installés sur leur poudrière de soufre. Ils gênent également beaucoup les criti-cons et autres gourous qu'ils empêchent de ronronner, et bien sûr les œnologues mercantiles qui vivent aux dépens de ces pratiques, certes autorisées, mais si loin de ma conception de la vigne et du vin !

A suivre !!sans_soufre00

Commentaires

juste une petite remarque encore faut il que ce soit possible et sans incidence sur les goûts ( je ne parle pas ici de saveurs mais bien d'oxydation malvenue, de problème de tenue ds le temps et même à court terme ...par expérience après ouverture de plus de deux heures, plus rien ...) je ne généralise pas, mais il ne faut pas rejeter le soufre en bloc...d'ailleurs il me semble que daguenau lui même a abandonné ses essais ss soufre, car ils ne convenaient pas à ses vins...
une vinification proche du raisin, oui, mais pas un rejet systématique du soufre.. certains "bios " souffrent eux aussi, et ça leur semble normal

Écrit par : sandrine | 10/06/2008

On attend avec impatience la suite... Il est évident que la vinification sans soufre bien maitrisée, ça existe! Avec stabilité dans la durée et le temps. [url=http://olif.typepad.com/le_blog_dolif/2008/05/il-est-des-instants-privil%C3%A9gi%C3%A9s-dans-la-vie-dun-amateur-oenophile-de-ceux-o%C3%B9-lon-entend-des-mouches-voler-m%C3%AAme-sil-ny-a-pas-de-mouche-r%C3%A9unis-par-pierre-overnoy-une-poign%C3%A9e-de-privil%C3%A9gi%C3%A9s-v.html]La preuve![/url] Petite minute autopromotionnelle!

Après, je ne suis pas non plus "sans soufre exclusif", s'il en faut un petit peu, mais je trouve que la réflexion et le travail du vigneron qui aboutissent à une moindre utilisation du soufre rendent les vins incomparables...

Écrit par : olif | 10/06/2008

Désolé... J'ai testé la balise url pour raccourcir un lien démesurément long, mais ça n'a pas fonctionné!

Écrit par : olif | 10/06/2008

pas eu les bonnes expériences alors mais j'ai goûté des ss soufre imbuvables et présentant tous les défauts qu'une utilisation parcimonieuse et raisonnée du soufre permet de ne pas avoir...reste à voir ce que l'on veut déguster

Écrit par : sandrine | 10/06/2008

la suite bientôt Salut Sandrine,
il y a certainement des sans sulfites ratés (mais finalement proportionnellement beaucoup moins que des vins sulfités traditionnellement non?;-).
Bon mais je ne vais pas révéler tout du sans soufre dans les commentaires hein;-). -Et rassure toi, je ne suis pas non plus un SS exclusif. Mais le domaine est passionnant gustativement et techniquement

Salut Olif, je mettrai ton texte en lien dans un prochain texte. Tiens on s'est encore raté, cette fois j'étais à Poligny, je suis passé chez Philippe Bouvret en fin de matinée; apparemment, tu étais là l'après midi... à une prochaine

Écrit par : LaurentVinature | 10/06/2008

Le soufre, c'est pas obligatoire! Bonjour,
Je viens de tomber sur votre billet. évidemment, ça m'interpelle car nous, vignerons, nous avons abandonné le soufre depuis 2002...et nos vins sont maintenant magnifique.En ajoutant du soufre, on perdait des arômes, de la couleur , bref on perdait notre vin.C'est un travail d'une année et pas seulement le travail de quelques semaines de vinif.On a le raisin que l'on mérite et celui là ne mérite pas de soufre. Aucun intérêt pour nos vins en tout cas.Que des inconvénients.
Bravo pour le blog.
Isabelle

Écrit par : perraud | 22/10/2008

du moins de 10 pour notre 2006 de Lisson à l'analyse après la mise en bouteille - donc pas d'avertissement sur l'étiquette nécessaire, mais un peu de soufre après la malo quand même... Sinon, je suis d'accord avec Isabelle - sans, c'est souvent mieux!

Salutations du Sud

Iris

Écrit par : Iris | 25/10/2008

Écrire un commentaire