23/06/2009

26-27 JUIN, WEEK-END VIGNERON!

 

afficheete2009

 

Le week-end prochain, les vendredi 26 et samedi 27 juin, à Pécrot (Grez-Doiceau), la boutique de l'Odyssée des arômes, fêtera, en présence de vignerons, son troisième millésime. Venez nombreux, parlez-en autour de vous, on vous attend! Des questions, un mail (laurent@truegreatwines.com) ou mon gsm, 0478 82 16 36. Il y aura aussi nos épices, nos poivres sauvages, nos huiles essentielles et de gastronomie, nos thés de Chine ou du japon, nos multiples curry, et quelques superbes nouveautés, comme cette fabuleuse poudre de feuilles de poivrier de Tasmanie. Venez!

Et oui, déjà trois ans écoulés depuis que nous avons transformé "temporairement" notre salon en boutique; et près de 6 ans que nous tentons de vous faire découvrir de petits producteurs, bios, talentueux et passionnés. Le temps s'écoulerait-il aussi vite qu'un vin sans soufre dans notre gosier? La aussi, ne devrait-on pas imposer la mention "avec modération"! Clin d'oeil

Quoi-qu'il en soit, nous y sommes, et j'en suis très heureux; très heureux aussi de vous faire découvrir Jérôme Jouret, du domaine des Clapas, en Ardèche, dans la vallée de l'Ibie, à Villeneuve de Berg. Il en est, lui aussi, à son troisième millésime, le 2008, que vous allez pouvoir déguster. En conversion bio, il travaille ses vins, issus pour la plupart de coteaux argilo-calcaire, dans un registre sans soufre, très pur! Des cuvées de rouge, aux arômes fruités, floraux, gouleyantes (Java), suaves (En Avant Doute, grenache) ou plus structurées (Pas à Pas, carignan-alicante). Il nous propose aussi un blanc très chouette, l'ivraie, qu'il a réussit à séparer du bon grain ;-). C'est un 100 % ugni blanc qu'il a mis en bouteilles sans SO2, attention, je n'en ai que 6 caisses. Les prix sont angéliques, tout en dessous de 10 €. J'étais le premier à l'avoir en Belgique (merci Gaëtan;-), et sa première visite est pour nous, ne la loupez pas!

 

clapas

 

Pour faire le poids face à ce jeune talent, j'ai fait appel à une équipe de choc. Dans les buts, je n'ai mis personne, car vu le profil de ces vignerons, c'est pas à du foot qu'il faut s'attendre, mais à du Rugby Langue tirée.  Comme piliers, il y aura à droite, René "cabernet" Mosse, de St Lambert du Lattay en Anjou. En bio depuis belle lurette, il nous proposera ses 2007 à la dégustation, je les ai goûté à Angers cet Hiver, c'était déjà bon! Si les blancs doivent encore se faire un peu (quoique les Bonnes Blanches sont déjà magiques...), les rouges sont d'un croquant extraordinaire. René "cabernet" assume encore une fois son surnom avec talent, pour proposer un vin, encore une fois en phase avec le meilleur du millésime. Après un 2005 baroque, très mûr, avec 2 sucres résiduels (je les ai comptés ;-) mais doté d'une superbe acidité, un 2006 qui entrera dans la légende dans quelques années, voici un 2007 bienvenu, dense, aux tannins déjà abordables, et au fruité adorable. A boire en attendant les 2006 et 2004, c'est un vrai coup de coeur. Et puis il y aura aussi le bien nommé "Gros", à base de grolleau, une friandise pour adulte! Un autre beau reportage sur le blog de la pipette!

divecigare

A gauche, vous trouvereGeorges "noune" Descombes, fer de lance du Beaujolais naturel. Troisième visite également pour le "noune", qui nous fera une petite verticale du Beaujolais, avec du Brouilly Vieilles Vignes 2005, du Morgon Vieiilles Vignes 2006 et du Chiroubles Vieilles Vignes 2007. Plus du petnat, du rosé et une ou deux cuvées de soif. Des Beaujolais de haute volée, on va se régaler!

 

noune_fanfan

 

Enfin, aux autres postes, à l'avant, ou comme talonneur, au four comme au moulin, il y auraJean-François "talon" Ganevat, dit aussi Fanfan, en importation direct du profond Jura. Lui, c'est déjà sa onzième visite dans ce petit bled de Pécrot. Au programme, les 2007, en blanc comme en rouge, et sans doute encore des nouveautés dont il a le secret. Malgré sa renommée croissante, le pèlerinage de Pécrot lui est indispensable. Ses 2007 sont superbes, en rouge, tout en fruit (ah ce pinot noir à se damner!), les blancs sont rectilignes, cristallins, de toute beauté. Révélation 2009 chez Bettane et Gault et Millau, il truste encore les premières places dans le dernier N° de la RVf consacré au millésime 2008, où il est coup de coeur! Mais attendons patiemment ces 2008, et profitons des derniers 2006 et réservons d'abord les 2007, n'accélérons pas le temps inutilement Clin d'oeil

Allez, à la semaine prochaine!

ganevat_rvf

 

 

 

07:51 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ganevat, mosse, descombes, clapas |  Facebook |

20/06/2009

26-27 JUIN, WEEK-END VIGNERON!

 

afficheete2009

 

Le week-end prochain, les vendredi 26 et samedi 27 juin, à Pécrot (Grez-Doiceau), la boutique de l'Odyssée des arômes, fêtera, en présence de vignerons, son troisième millésime. Venez nombreux, parlez-en autour de vous, on vous attend! Des questions, un mail (laurent@truegreatwines.com) ou mon gsm, 0478 82 16 36. Il y aura aussi nos épices, nos poivres sauvages, nos huiles essentielles et de gastronomie, nos thés de Chine ou du japon, nos multiples curry, et quelques superbes nouveautés, comme cette fabuleuse poudre de feuilles de poivrier de Tasmanie. Venez!

Et oui, déjà trois ans écoulés depuis que nous avons transformé "temporairement" notre salon en boutique; et près de 6 ans que nous tentons de vous faire découvrir de petits producteurs, bios, talentueux et passionnés. Le temps s'écoulerait-il aussi vite qu'un vin sans soufre dans notre gosier? La aussi, ne devrait-on pas imposer la mention "avec modération"! Clin d'oeil

Quoi-qu'il en soit, nous y sommes, et j'en suis très heureux; très heureux aussi de vous faire découvrir Jérôme Jouret, du domaine des Clapas, en Ardèche, dans la vallée de l'Ibie, à Villeneuve de Berg. Il en est, lui aussi, à son troisième millésime, le 2008, que vous allez pouvoir déguster. En conversion bio, il travaille ses vins, issus pour la plupart de coteaux argilo-calcaire, dans un registre sans soufre, très pur! Des cuvées de rouge, aux arômes fruités, floraux, gouleyantes (Java), suaves (En Avant Doute, grenache) ou plus structurées (Pas à Pas, carignan-alicante). Il nous propose aussi un blanc très chouette, l'ivraie, qu'il a réussit à séparer du bon grain ;-). C'est un 100 % ugni blanc qu'il a mis en bouteilles sans SO2, attention, je n'en ai que 6 caisses. Les prix sont angéliques, tout en dessous de 10 €. J'étais le premier à l'avoir en Belgique (merci Gaëtan;-), et sa première visite est pour nous, ne la loupez pas!

 

clapas

 

Pour faire le poids face à ce jeune talent, j'ai fait appel à une équipe de choc. Dans les buts, je n'ai mis personne, car vu le profil de ces vignerons, c'est pas à du foot qu'il faut s'attendre, mais à du Rugby Langue tirée.  Comme piliers, il y aura à droite, René "cabernet" Mosse, de St Lambert du Lattay en Anjou. En bio depuis belle lurette, il nous proposera ses 2007 à la dégustation, je les ai goûté à Angers cet Hiver, c'était déjà bon! Si les blancs doivent encore se faire un peu (quoique les Bonnes Blanches sont déjà magiques...), les rouges sont d'un croquant extraordinaire. René "cabernet" assume encore une fois son surnom avec talent, pour proposer un vin, encore une fois en phase avec le meilleur du millésime. Après un 2005 baroque, très mûr, avec 2 sucres résiduels (je les ai comptés ;-) mais doté d'une superbe acidité, un 2006 qui entrera dans la légende dans quelques années, voici un 2007 bienvenu, dense, aux tannins déjà abordables, et au fruité adorable. A boire en attendant les 2006 et 2004, c'est un vrai coup de coeur. Et puis il y aura aussi le bien nommé "Gros", à base de grolleau, une friandise pour adulte! Un autre beau reportage sur le blog de la pipette!

divecigare

A gauche, vous trouverez Georges "noune" Descombes, fer de lance du Beaujolais naturel. Troisième visite également pour le "noune", qui nous fera une petite verticale du Beaujolais, avec du Brouilly Vieilles Vignes 2005, du Morgon Vieiilles Vignes 2006 et du Chiroubles Vieilles Vignes 2007. Plus du petnat, du rosé et une ou deux cuvées de soif. Des Beaujolais de haute volée, on va se régaler!

 

noune_fanfan

 

Enfin, aux autres postes, à l'avant, ou comme talonneur, au four comme au moulin, il y aura Jean-François "talon" Ganevat, dit aussi Fanfan, en importation direct du profond Jura. Lui, c'est déjà sa onzième visite dans ce petit bled de Pécrot. Au programme, les 2007, en blanc comme en rouge, et sans doute encore des nouveautés dont il a le secret. Malgré sa renommée croissante, le pèlerinage de Pécrot lui est indispensable. Ses 2007 sont superbes, en rouge, tout en fruit (ah ce pinot noir à se damner!), les blancs sont rectilignes, cristallins, de toute beauté. Révélation 2009 chez Bettane et Gault et Millau, il truste encore les premières places dans le dernier N° de la RVf consacré au millésime 2008, où il est coup de coeur! Mais attendons patiemment ces 2008, et profitons des derniers 2006 et réservons d'abord les 2007, n'accélérons pas le temps inutilement Clin d'oeil

Allez, à la semaine prochaine!

ganevat_rvf

 

 

 

 

21:07 Écrit par Laurent dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ganevat, mosse, descombes, clapas |  Facebook |

18/06/2009

SCHISTES OU CALCAIRE (I): ALSACE

Et vous, plutôt schiste ou calcaire? Dans la littérature de vulgarisation, on présente souvent les vins issus de terroirs "calcaire" comme étant plus puissants (surtout si le calcaire s'accompagne d'argile), tanniques, dotés d'une acidité minérale et de bonne garde, tandis que les vins de schistes seraient plus élégants, fins, longilignes, aux tannins soyeux et plus rapidement à leur apogée. Dans ma petite tête, j'associais aussi le schiste du Sud avec le côté juteux et "buvable" d'un Jadis de Leon Barral, j'avais d'ailleurs cru reconnaître à raison cette parenté avec la cuvée la Sylve du Mas Lumen, dont le terroir est également à base de schiste. D'autres y trouvent des arômes minéraux, fumés, de caillou, de goudron, que sais-je encore?  Ben nous, pour en avoir le coeur net, nous nous sommes plongés, au propre comme au figuré dans une bonne quinzaine de cuvées survolant les différents terroirs ou l'on rencontre du schiste ou du calcaire, d'Anjou à Vovray, de Faugères à St Chinian, du Kastelberg au Moenchberg en passant par Nuits St Georges, appétissant n'est-il pas,

PAIRE 1 (Groupe 1: le 2006, Groupe 2: le 2005)

ALSACE, Riesling Grand Cru, Moenchberg, 2006-2005, Rémy Gresser

Le Moenchberg, est un grand cru de 11,83 ha, dont le sol est assez varié, plutôt argilo-limoneux, mais avce pas mal de calcaire; la parcelle de Rémy Gresser est à dominante de calcaire fossilisé. Ce 2006 est assez fruité, sur l'ananas, en demi-corps, avec quelques sucres résiduels, une bonne acidité mais pas très long. Vin correct. Le 2005 est dans la même veine, mais en plus de tout, déjà ouvert, il vieillira très bien, très bon vin, un peu dans le style des Schaetzel.

ALSACE, Riesling Grand Cru, Kastelberg, 2006-2005, Rémy Gresser

Petit Grand Cru de 5,82 ha, le vignoble du Kastelberg est exposé Sud-Est et est composé de schistes de Steige, des schistes noirs, riches en minéraux et pratiquement sans argile. Ce 2006 est déjà très ouvert au nez, sur des notes minérales plus complexes que le simple "pétrôle", un peu musquées. La bouche est élégante, assez concentrée, de bonne longueur, mais avec une acidité en retrait. Beau Vin, original et bon! Le 2005 est hélas bouchonné, mais semblait prometteur, avec ses arômes musqués, de lavande, de résine. Dommage!

schistekastelberg

 

 

Ce qui frappe entre ces deux terroirs, c'est le nez, fruité sur le Moenchberg et minéral sur le Kastelberg. Ensuite, la grosse différence vient de l'acidité, assez marquée dans le Moenchberg et nettement moins dans l'autre. Par contre, il glisse tout seul, et joue sur l'élégance, alors que le Moenchberg est plus sur la puissance (le 2005 en tout cas). Super intéressant, la suite bientôt ...

schiste

 

 

07/06/2009

SANS SOUFRE, LA CONFIRMATION

Petit voyage express en Ardèche et dans le Rhône, de Cornas à Châteauneuf du Pape pour visiter mes vignerons préférés et remonter en Belgique leurs meilleurs cuvées. Un périple qui me mène du domaine des Clapas, à celui d'Andrea Calek; du domaine du Coulet de Matthieu Barret en Cornas (une révélation enfin mentionnée dans la RVF, les autres guides cherchent encore ;-), à celui d'Hervé Souhaut à Arlebosc ou au  domaine des Amphores à Saint Joseph, sans oublier Berthet Rayne à Châteauneuf du Pape. Je ne vais pas vous conter ce périple, mais simplement vous rapporter un petit test de dégustation effectué à l'aveugle en présence de Jérôme Jouret du domaine des Clapas et d'Andréa Calek. En fin de repas, Jérôme propose que nous comparions deux vins, même cuvée, une sans sulfite ajouté, et l'autre avec seulement 35 mg/l à la mise en bouteille. 

Jérôme et moi sommes confiants, ma petite expérience m'a déjà permis de comparer quelques cuvées avec et sans soufre, et la différence a toujours été nette; je suis même prêt à arrêter mon activité si je me trompe, Jérôme n'est pas loin de dire la même chose ;-).

Il s'agit de la cuvée En avant doute 2007; le premier verre offre un nez explosif, sur le fruit, des notes de fleur, très pur. Le deuxième est plus fermé, sans ces notes florales, plus sur le fruit. La bouche est également très différente, le premeir est délié, juteux, avec du volume; le deuxième parait un peu plus acide, tendu avec un peu de sécheresse. Ce sont deux bons vins, mais sans hésiter, nous désignons, de concert, le premier comme étant celui sans soufre, car meilleur! Bingo!, Une fois encore la démonstration de la qualité supéreure du vin sans sulfite "réussi" sur le même légèrement sulfité est faite. A bon entendeur ;-)!

 

09:35 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : clapas, sulfite |  Facebook |