29/07/2010

Vendredis du Vin N°28; Oenotourisme 2: Visite au Domaine Milan

Dans le cadre des "Vendredis du vin", orchestré par mon ami Patrick Bottcher, un monomaniaque de l'Alsace et du vin en général, sur le thème de l'oenotourisme, voici ma deuxième petite contribution aux "Vendredis du vin" ...

 

Cela faisait un bail que je voulais passer chez Henri Milan dont je distribue les vins depuis quelques années, lui qui avait déjà fait le saut jusque Pécrot par quatre fois. Coïncidence, le petit village de Sanhilac n'est qu'à quelques encablures de St Rémy de Provence, une petite heure tout au plus. La décision est donc prise, de même que le contact avec Henri; cerise sur le gâteau, nous serons logés, on va pouvoir déguster tranquille;-). Le mas est logé dans un écrin de verdure un peu en dehors de St Rémy, direction Cavaillon. Et comme le temps est de la partie, une superbe vue sur les Alpilles nous est offerte.

IMG_1387.JPG

Le "Clos Milan" (ci-dessous), et son terroir si particulier (graves et sables quaternaires), entourent le Mas, et je me réjouis de la petite verticale qui est prévue pour l'occasion.

IMG_1388.JPG

Rencontre avec Sébastien, maître de chai et bras droit d'Henri. On se connaissait un peu via internet, le contact glisse aussi bien qu'un vin sans soufre ajouté, cool! Comme je suis en vacances, pas de notes, juste quelques traits de mémoire. Nous dégustons tout d'abord, en bouteilles, le grand blanc 2007, que je connais bien, c'est un de mes préférés. Très aromatique, fruité mentholé avec cette acidité qui permet d'alléger la matière, c'est franchement un des meilleurs "Grand Blanc" produits par Henri mais ça vous le saviez déjà! Le 2008 est dans la même veine aromatiquement, moins de vivacité, mais il est tenu par sa minéralité, ce sera une très belle bouteille. Le sans soufre 2009, fait de chardonnay et de muscat se goûte bien mieux qu'à la boutique (enfin j'étais surtout enrhumé cette fois là), arômes de fruits jaunes, banane plantain, bouche hyperdésaltérante et belle longueur. C'est franchement trouble, mais c'est pas loin de me troubler non plus! Vient ensuite "La Carrée", ce 100% Roussanne issu d'un terroir de marnes bleues, est vrailent extra, nez complètement ouvert, notes d'abricot, de'anis, notes pétrolées aussi, la bouche est super équilibrée et longue, le bois qui lm'avait un peu gêné il y a quelques mlois ne laisse plusde traces, très beau vin! On passe à la cave, pour déguster quelques fûts de  blanc 2009, qui participeront à l'assemblage du grand blanc. Tous n'ont pas fini leurs sucres, mais l'impression est excellente, ce sera concentré, pas très acide, mais à nouveau, cette minéralité en finale équilibrera les vins. Le grenache blanc m'a particulèrement épaté.

IMG_1396.JPG

Nous changeons de chai, pour aller déguster les rouges, le "Clos Milan 2008 "n'est pas encore assemblé, mais c'est une vraie bombe tant par sa syrah que par son grenache. Ce dernier sera en plus faible proportion qu'à l'acoutummée en raison d'une attaque de mildiou. La syrah fait indéniablement pensé aux plus belles Côte Rotie, tet j'en ai des frissons; tandis que le Grenache, plus femé au nez fait dans le petit Jésus en culotte de velours. Génial, mais il y en aura peu! Le 2007 est dans la même veine, mais avec un accent aromatique plus bourguignon, beaucoup de finesse également, le changement de style est d'ailleurs confirmé par la mise en bouteilles bourguignonnes! Le 2006 est dans un style plus classique, proche des "Domaine 2005 et 2006" (mais en plus fin), graphite au nez, fruits noirs, épices, prune, tabac (un nez de Milan quoi!), tannins encore un peu fermes, il faudra l'attendre un peu.

En bouteille, nous regoûtons le "Clos 2005", le nez s'est bien ouvert, et prend également des notes de cerise noire, les tannins s'apprivoisent un peu mieux, mais il faut également attendre ce vin qui entrera dans une phase plus aimable dans quelques mois. Le "Clos 2004" qui était plus sur la finesse mais dont le nez était encore fermé lors de la dégustation à la boutique au printemps, se porte à merveille, nez de framboise, de cerise, petite note animale, c'est tout bon et on peut commencer à le boire. Le "Clos Milan 2003" est toujours aussi, bon, massif mais avec cette gourmandise en milieu de bouche, bombe aussi! Tiens nous avons aussi goûté sur cuve, le "Domaine 2003", que Henri laisse s'assagir les derniers hectos. Le disque de la robe est tuilée, mais le fond est dense! Le nez est sensuel, tertiaire, sur les feuilles mortes, la prune, le fruit macéré. La bouche est dense, à l'attaque suave, mais ponctuée par des tannins qui hérissent le poil! Une main de fer dans un gant de velours, à attendre encore.

IMG_1400.JPG

 

Viennent ensuite les rosés et une grande discussion autour de leur qualité, de leur place à table, de leur prix. Henri est persuadé qu'il est possible de faire de grands rosés et il en a d'ailleurs déjà fait. Le problème, peu de clients sont prêts à mettre, disons 15 euros, pour les boire. Le rosé a cette image d'apéro, de vin bas de gamme, de vin facile; on les attend à 7-8 euros pas plus. Ceux que je vends sont entre 10 et 11, cela semble être une limite psychologique, malgré leur qualité! Mais place à la dégustation. On connaît bien le "Ma Terre 2008" qui continue à évoluer. Celui dégusté sur place à amangé ses sucres, s'est affiné, en développant quelques arômes très frais de vraie kriek. Cela reste un rosé de table pour paëlla, ou rougets à la catalane. Il était épuisé à la boutique, j'en ai repris 60! Le " Ma Terre 2009", mis en bouteilles sans sulfites a surpris Sebastien et Henri, développant des la mise en bouteilles une réduction assez forte. Je m'attends à devoir me pincer le nez, mais pas du tout. C'est une réduction fine, presque florale, et les arômes fruités et complexes ne sont pas sans rappeler certains Ploussard de Pierre Overnoy. La bouche est à l'avenant, d'une finesse et fraîcheur superlative, fruitée à souhait, saline en finale, c'est beau (la robe opalescente framboise est de toute beauté aussi), c'est bon, j'y mettrais bien 15 euros tiens! Ben non, à la boutique (j'en ai rentré 60 aussi) il sera à 11,90 ;-)!

IMG_1399.JPG

 

La soirée se termine gentiment autour d'un "Ma Terre Blanc 2004", qui s'est aussi affiné en quelques années, très beau, complexe au nez (épices, gingembre, agrumes macérés, ..), les tannins sont intégrés (le vin avait connu un  ou deux jours de macération avec les peaux, un peu dans le style des vins oranges). Le "Clos Milan 2000" n'est pas à mettre entre toutes les papilles, sa réduction pouvant déstabiliser les palais sensibles. Et pourtant, la matière est d'une grande finesse, la bouche d'une grande longueur, le fruité très pur; il ne fait en tout cas pas son âge!

Un superbe visite, trop courte bien sûr, nour repartons le lendemain pour la Belgique et Pécrot, des étoiles dans les yeux, prêts à faire vous découvrir nos nuvelles trouvailles, mais avec l'envie forte de revenir en France au plus vite!

IMG_1419.JPG

 

 

 

02:23 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.