05/09/2008

RETOUR AUX VACANCES: VIGNERONNES (II)

Cela faisait quelques temps déjà que je voulais rendre visite à Hélène Thibon, la pétillante vigneronne du Mas de Libian, avec qui je travaille depuis bien 3 ans maintenant. Difficile de concilier les emplois du temps dans mon agenda très chargé, mais Hélène accepte de me recevoir sur le temps de midi, très sympa! Je viens du Domaine les Clapas, et j'arrive à St Marcel d'Ardèche un peu en avance. Je me gare sur la place du village pour patienter, et là, je vois une plaque Domaine Saladin. J'avais repéré ce domaine en conversion bio mené par deux soeurs, dans le guide Bettane-Desseauve. Je vais y aller jeter un coup d'oeil. C'est sans doute la journée la plus chaude de nos vacances, la route monte, et le domaine n'est pas à 100 m de la place. Bon, je suis en nage, mais il semble y avoir du monde au caveau, je sonne. Je suis accueilli par les deux soeurs Saladin, et sans tarder, la dégustation commence, sous la direction de Marie-Laurence.

Un blanc d'assemblage correct, un très bon rosé à dominante cinsault ("Tralala!" 07) qui a su conserver fraîcheur et fruit, et puis on entame les rouges. Moi qui suis habitué au robes sombres de Libian, je suis un peu étonné par celle du premier ("Paul" 07). A dominante de grenache, le style est très différent du Mas. Notes de rafles, moins de chair et de pulpe; un peu trop rustique, pas trop mon truc. "Loï" 06 montre une certaine finesse, mais c'est avec les deux cuvées suivantes que l'on monte d'un cran. "Fan dé Lune" 06 (Mourvèdre 40, syrah 30, grenache 30) est très consensuel, équilibré; et il en est de même pour la syrah issue d'une parcelle en propriété depuis 1422, "Chaveyron 1422". Tout cela est largement au dessus du niveau régional, mais pas de frisson encore. Il va arriver avec la cuvée de vieilles vignes de grenache "Haut Brissan" 2006 qui me séduit grâce à son nez complexe, et ses notes de framboise et de cannelle. La bouche n'est pas dense, ni très structurée, mais elle est suave, équilibrée et possède une belle longueur.

Au final, une gamme qui se cherche encore un peu. Travail à la vigne qui ne paie pas encore, rendements encore un peu élevés, trop traditionnel à la cave, je n'en sais rien, mais les vins n'ont pas encore l'éclat de ceux de leur voisine. Mais patience, c'est un domaine à suivre, et je mettrais volontiers le rosé, le blanc et le Haut Brissan 2006 à ma carte.

Voilà, je suis maintenant en retard pour mon rendez vous avec Hélène , mais elle n'a pas l'air de m'en tenir rigueur. Nous débutons illico par le Zan 2007, et de suite, moment d'émotion. Le vin m'accueille manifestement avec grand plaisir, il virevolte dans le verre, ses parfums pénètrent mes sens, sa sève envahit ma bouche; j'adore! 2007, sera décidément, (chez les meilleurs) d'une grande gourmandise. Et je suis gourmand, gastrosensuel, impossible de cracher la moindre goutte de cette petite pépite de saveurs. J'évoque avec Hélène la différence avec le "Zan" 2006, que j'avais trouvé plus dur. Elle en convient mais ils veulent respecter le millésime, pas de surextraction, mais pas de collage, ni de filtration non plus. Et elle est confiante; il lui rappelle le 1999 qui s'est adoucit après quelques années. Pas de blabla, elle va en chercher une bouteille. Ou plutôt deux, une avec bouchon en liège, l'autre, probablement un échantillon qui a traîné, avec un bouchon plastic. Les deux sont très bonnes, une préférence au liège qui montre plus de fruit. Les tannins sont complètement fondu, aucune trace de sécheresse. Je vais donc garder quelques "Zan" 2006, en confiance! Le "Kaayam" 2007 est dans la même lignée, plus structuré, mais éclatant au nez comme en bouche; on va se régaler! On termine par le superbe "Calade" 2006, déjà à ma carte; c'est un mourvèdre sensuel, riche mais bien équilibré, qui se déguste déjà très bien mais que l'on pourra suivre une bonne dizaine d'années.

ardeche_libian

Ensuite, petit tour dans les superbes vignes, dont une partie est travaillée au cheval (Nestor). Galets roulés à perte de vue, les vignes sont dans un état sanitaire parfait; et l'endroit est magique, on y resterait des heures. Mais il y a les rendez vous de l'après-midi, et il est temps de casser la croûte. Melon, taboulé, clafoutis de mirabelles, du très très bon miam; avec un peu de glou (notamment le très bon rosé "Corail" du Château de Roquefort). Nous nous séparons; superbe accueil d'Hélène et de son mari, l'endroit respire la nature sincère. Je piaffe d'impatience de rentrer ces beaux 2007 et de vous les faire découvrir.ardeche_libian_galets

ardeche_libian_cheval

30/08/2008

RETOUR AUX VACANCES: LES CLAPAS (I)

La rentrée est là, et elle nous promet sans doute le retour du stress! Oui, mais la vie, c'est, le stress. Alors profitons en pour prendre une dernière bouffée de vacances et pourquoi pas, une gorgée d'Ardèche. Nous étions reclus dans un petit village perdu dans les monts, dans une petite chaumière, au jardin parsemé de roses trémières, dévalant vers une petite rivière, la Gluyère, loin du stress, très loin!

ardeche_gluyere

Au programme, randonnées, vélo, produits du terroir; vélo, randonnées et produits du terroir (la photo plus bas, c'est le Gerbier de Jonc qui abrite les sources de la Loire). Mais, chassez le naturel, il revient au triple galop (le vin naturel lui, revient au goulot, c'est bien connu;-), il était impossible pour un pro comme moi de rester 15 jours dans ce petit paradis sans travailler, au moins un jour. Jeudi dernier, j'ai donc décidé d'aller visiter mes vignerons préférés du coin ;-).

ardeche_gerbier ardeche_terroir

En dernière minute, nombreux coups de fil sans fil, quoique la batterie du G étant à plat... Tout fini par se goupiller sans devoir sabrer dans mes envies. 4 vignerons à rencontrer. Comme souvent , ils seront 5, voire 6.

Départ à l'aube, direction Villeneuve de Berg et le DOMAINE DES CLAPAS de Jérôme Jouret. La découverte de ce domaine est une belle histoire de réseaux. Quand les réseaux d'amoureux du vin croisent ceux de vignerons solidaires. Un de mes "habitués", passant ses vacances 2007 en Ardèche, va chez Gilles Azonni, valeur sûre du coin. Gilles lui conseille d'aller voir un petit jeune qui débute. C'est Jérôme! Jérôme lui laisse deux échantillons pour me les faire découvrir. Il s'agit de Pas à Pas et d' En Avant Doute, en 2006, son premier millésime. Il me les ramène et me dit "Tiens goûte, ça pourrait te plaire". Il avait goûté juste, car quand je les ai dégusté, il y a juste un an, probablement avec certains d'entre vous, je les ai trouvé vraiment bien agréables, merci encore pour cette belle découverte. Et qui plus est, c'est sans SO2 ajouté! Mais attention, c'est très net, très frais, gouleyant, croquant, avec un très beau fruit épicé. J'ai surtout un petit faible pour "en avant doute", du grenache, à la manière de Gramenon ou de Souhaut (si celui-ci faisait du grenache). Belles références!

ardeche_clapas2

A mon arrivée, Jérôme est à l'embouteillage de son Abri 2007, un cabernet sauvignon qu'il me fait immédiatement goûter. Autant le 2006 m'avait paru un peu convenu, belle matière, mais avec des tannins un peu durs et une note végétale typique qu'on apprécie ou pas (moi c'est non;-), autant celui-ci correspond tout à fait à ce que je recherche comme début de gamme. Sans SO2, du fruit explosif exacerbé par une vinification en grains entiers; une bouche suave, ronde et gourmande. Une petite bombe à faire exploser l'année prochaine, on en reparlera! J'étais déjà passé en juin dégusté les 2007, consciencieusement, je les regoûte donc;-). Même photographe, mêmes impressions! "En avant doute" et "Pas à Pas" 2007 sont superbes, nettement supérieurs aux 2006 déjà très bons. Je subtilise les toutes dernières caisses de la première et autant de la deuxième. J'y ajoute "Fesquier", également 100% grenache, vinifié avec un chouïa de SO2, mais qui me paraît très intéressant par sa structure.

ardeche_clapas

Il n'y a hélas plus de ce très bon blanc de sauvignon "La Chasse aux Papillons", dommage. Il fait aussi des viognier, la série des St Giraud, dont un passerillé. Dégustée en juin, elle déploiait des arômes très séduisants, mais souffrait, à mon goût, d'un petit manque de structure acide. Mais la matière et la pureté étaient bien là, à suivre en 2008! Je goûte par contre une nouvelle cuvée d'ugni blanc, très aromatique, de la pomme reinette, quelques notes d'abricot, et une bouche friande, juteuse comme un blanc sans sulfites doit l'être; je l'attends impatiemment en bouteilles. Le chardonnay dégusté également au fût possède une belle matière et un fruit remarquable, il doit cependant encore gentiment terminer sa fermentation.

Je vais vous proposer ces vins à la dégustation (et à la vente;-), très bientôt. Jetez de temps en temps un coup d'oeil au site TGW ou demandez à vous inscrire à la liste de distribution (un petit mail à laurent@truegreatwines.com suffit). Le temps de saluer Stéphanie et se deux petits bouts, et je m'en vais, l'esprit serein de celui qui a fait une bonne pioche (j'ai oublié de souligner le super rapport Q/P des vins de Jérôme Jouret) vers St Marcel d'Ardèche et ses vigneronnes;-))) A bientôt!

16:00 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : clapas, sulfites, ardeche |  Facebook |