22/11/2009

TENNIS EBLBOJOW NOUVEAU!

Ouf, vidé, les bouteilles, bien sûr, le stock, aussi, et moi, complètement!. Tout vendu, tout bu, trois jours à faire déguster, inlassablement; j'en ai presque un nouveau tennis elbojow au coude comme dirait l'autre! Et oui, le beaujo nouveau de l'odyssée a déjà vécu, c'était pas faute d'en avoir remonté des caisses, mais il était vraiment trop bon. Ce qui est bien, c'est que les courageux qui ont bravé leurs préjugés, ont maintenant du bon vin encave et savent maintenant qu'il va falloir encaver d'urgence les belles cuvées 2009 des Ducroux, Descombes, Lapalu et Guignier, Jambon, et des quelques autres qui travaillent aussi bien.

beaujo_will

Car derrière le succès de ce "vrai" beaujolais nouveau à l'ancienne, à contre courant de la morosité ambiante, il y a du vin! Un client me disais qu'il ne goûtait pas vraiment la différence avec d'autres cuvées. Ben oui, un bon beaujolpif, c'est d'abord du vin, c'est pas des levures sélectionnées qui font de l'alcool et des arômes une fois banane, une fois framboise sur un substrat sucré.

Et derrière ce bon vin; pas de secret, il faut du raisin, du raisin sain, goûteux, avec une belle concentration. Et pour obtenir ce beau raisin, il faut du travail, beaucoup de travail. Des heures à arpenter ses vignes avec son sécateur, son cheval, son petit tracteur, ses caissettes, ... par tous les temps et peu importe le jour de la semaine. Et je ne peux que saluer encore les Ducroux et Guignier, malmenés par les conditions atmosphériques et qui, dans un millésime aussi épatant, n'ont pu produire que des rendements lilliputiens. Car dans ce métier d'agriculteur, ou comme le chante Ferrat on doit faire avec "une bonne année et l'autre non", il faut des reins fameusement solides pour mener à bien une entreprise qui se doit d'être aussi un peu économique.

beaujo_jerome

Mais derrière ce travail, il y a de la passion, énormément de passion, sans laquelle, et bien, on ferait soit du bojo banane, soit un autre métier. Et il me suffit de se remémorer les yeux pétillants de Michel et de Christian, mais aussi de Jean-Claude, Damien ou le Noune, quand ils m'ont fait goûter ce 2009, pour confirmer, si besoin était, que de la passion, ils en ont à revendre!

Alors, quand je lis sur un site qui porte ce nom de passion, que certains dégustateurs érudits, snobent cet événement, j'ai envie, j'ai envie ... de leur faire déguster un Nouveau Descombes 2009! Et comme je n'en ai plus, j'en chipe vite une dans une dernière commande. Alors, mes amis Luc, Patrick, regardez la photo ci-dessous, and "read my lips", le beaujolais nouveau est arrivé, et ma dernière bouteille vous attend à la boutique de l'odyssée!

bojo_eve

PS J'ai réactualisé les photos de mes enfants ;-)))

 

 

 

18/11/2009

BOJO NOVO & CO


Le Beaujolais nouveau est de retour, le troisième jeudi de Novembre, comme chaque année ! Et pour la première fois nous ouvrons la boutique ce jeudi là également. On dégustera donc ces nouveaux sur trois jours ! Je voudrais entendre des exclamations de joie, des « hourrah » et des « youppie », mais apparemment rien. Et oui, le Beaujolais a une réputation exécrable et le coût de grâce a été donné par le reportage d’envoyé spécial sur le vin naturel. Il faut dire qu’il l’a bien cherché, en transformant une idée de génie et un terroir fabuleux en un produit artificiel où le raisin ne trouve plus sa place.
 

beaujo2


Car faire du jus de raisin tout juste fermenté, sans élevage, sans artifice, pour être aussitôt soutiré et aussitôt bu, quoi de plus naturel, je le répète, c’était une riche idée. Ensuite, certains ont cru que son succès venait de ce petit goût de banane et de cuberdon propre à la macération carbonique et ont cherché à l’exacerber, dénaturant ce vin jusqu’au point de rupture où le raisin n’était presque plus nécessaire, la souche de levure sélectionnée 71 B suffisant largement.

beaujo3


On connaît la suite, après un succès mondial, le consommateur s’est rendu compte de l’arnaque et ce fut le retour de manivelle. Les œnologues, jamais en manque d’idée proposent maintenant des vins aux arômes de cassis et aux robes foncées, non pas le fruit du raisin (j’aime bien cette image ;-), mais à nouveau par le biais de technique de vinification le dénaturant. C’est pas beaucoup plus reluisant comme approche du vin, et pas bien meilleur en tout cas !

 

beaujo4


Pas de salut sans ces pratiques ? Et non, il y a une bande d’irréductibles qui grossit un peu chaque année, et qui nous propose de vrai Beaujolais nouveau, fait de raisin mûr, juste macéré et fermenté. Arôme de cerise sur le gâteau de marc, pour la France, la Belgique et les pays avoisinants, il n’y a même pas d’ajout de sulfite dans les cuvées que nous proposons. Evidemment, il faut les chercher et ne pas traîner, car ceux là sont vite dévalisés par les amateurs un peu curieux.
 
Et puis cette année, c’est 2009, avec un été qui a permis de produire des jus fantastiques, d’une gourmandise incroyable et d’un fruité éclatant. Si vous devez regoûter un jour un Beaujolais nouveau, c’est le moment, c’est l’instant rêvé ! Tout n’a pourtant pas été rose chez tout le monde. Ainsi le sort s’acharne sur Michel Guignier, à Vauxrenard, qui à dû essuyer 5 attaques de grêle, réduisant son rendement à moins de 12 hl/ha. Pas de nouveau donc pour Michel, mais j’ai pris son Mélodie d’automne, tout en finesse aromatique, ceux qui ont connu le 2007 doivent se précipiter ; c’est une pure merveille ! Le prix a un peu augmenté, car l’équilibre de l’exploitation est en jeu, mais ça vaut la peine de soutenir ce vigneron passionné !
 
Pas la joie dans les rendements non plus chez Christian Ducroux (photo d'un cep plus bas), à cause d’une attaque de mildiou qui a dévoré une bonne partie de ses raisins. Christian ne parle pas de malchance ou d’inefficacité de ses traitements bio ; non, il aurait simplement dû traiter ses vignes en ce satané dimanche de juin. Il a préféré attendre et passer un peu de temps de repos avec ses enfants. Le lundi, c’était trop tard, la pluie était de retour (il a plu la quantité de 2 mois en 15 jours). Quand on déguste paisiblement ces nectars, il est parfois bon de se rendre compte des conditions dans lesquelles il a été produit. Très peu de vin donc, mais les prix bougent peu, et la qualité est incroyable, un beaujolais nouveau qui serait presque de garde, à déguster maintenant sur un filet de marcassin cuit à basse température comme le fait si bien Pol Grégoire ( <http://www.polgregoire.org/LAlimentation_Vive/Accueil.html>). Gardez en pour les beaux jours de printemps, ce sera le régal assuré, et c’est vrai pour toutes les cuvées de Beaujo nouveau que je vous propose cette année.
 

ducroux_cep


Jean-Claude Lapalu et Georges Descombes ont été plus verni. Pas de mildiou, pas de grêle, un état sanitaire parfait, « on a pas dû jeter un grain » m’a confié Jean-Claude. J’en ai profité pour goûter quelques autres cuvées chez le noune, c’est du pur bonheur, notamment un Beaujolais Villages qui sera soutiré au printemps dont je réserverais bien les quelques hectolitres disponibles ! Attention tous les nouveaux proposés ici sont des « Villages » issus de terroirs du Nord de Belleville, les terroirs des crus du beaujolais (Morgon, Moulin à Vent, Brouilly, Régnié, …), nettement plus qualitatifs que ceux issus des terres productives des plaines du Sud.
 
Au programme donc (les nouveaux seront aussi disponibles (et dégustables ;-) chez BIOSPHERE le vendredi et samedi en dehors des heures d’ouverture de la boutique)

Beaujolais Villages Nouveau 2009, Gamay, sans sulfite ajouté, JC. Lapalu (Bio conversion) 
Robe pourpre foncé, nez éclatant, avec une petite note de banane et beaucoup de cerise et son noyau. En bouche c’est gourmand et croquant, dense mais non dénué d’élégance, rafraîchissant et nourrissant.
 
Beaujolais Villages Nouveau 2009, Gamay, sans sulfite ajouté, Ch. Ducroux (Bio et biodynamie certifiée)
Robe également très pourpre, nez épicé (girofle), fruité (myrtille), floral, un peu poivré, note légèrement animale. Bouche avec de la mâche, quelques tannins, assez puissante mais dotée d’une bonne acidité ; c’est presque un petit vin de garde. (photo ci-dessous, presque tout est travaillé au cheval, même les pulvérisations)

ducroux09


 
Beaujolais Villages Nouveau 2009, Gamay, sans sulfite ajouté, G. Descombes (Non certifié) 
Robe encore plus colorée il me semble. Nez de cerise, de noyau, de myrtille, qui vous fait saliver tout de suite ; vraiment rien à voir avec le primeur classique ! En bouche c’est pulpeux à souhait, d’une maturité exemplaire, équilibré. Encore meilleur que son 2007, on en boirait des louches ! Noune travaille bien sûr en bio, mais il n’a pas la certification, car il a une petite parcelle très en pente sur laquelle il passe un défoliant une fois par an. Mais elle ne rentre pas dans son nouveau.
 
Mélodie d’Automne, Vdt, 2009, Gamay, sans sulfite ajouté, M. Guignier (bio certifié) )
Superbe nez complexe, entre fruit et fleur, notes de banane, de cerise et de fleur, ça pinote presque. La bouche est élégante, non dénuée de longueur, on peut le garder sans problème, même s’il est déjà tellement ravissant !
 
Chiroubles Vieilles Vignes 2008, Gamay vinifié sans sulfite, D. Coquelet 
Dans la famille Descombes, il y a Damien (photo ci-dessous), un jeune gars éminemment sympathique dont nous avions déjà dégusté une cuvée il y a quelques temps. Le voici de retour avec une cuvée plus sérieuse, son Chiroubles Vieilles Vignes, qui prouve qu’il a assimilé les talents familiaux très rapidement. Le style est similaire, fait de densité et de gourmandise. C’est le meilleur 2008 dégusté à ce jour, c’est tout dire. Et l’année prochaine il y aura un Morgon Côte de Py, goûté sur fût, que du bonheur ! Damien débute et travaille déjà en bio, la certification devrait suivre.

 

coquelet
 


 


ET puis grosse surprise pour ceux qui viennent le samedi, il n’y aura peut-être plus de Beaujo nouveau;-) mais il y aura notre petit ours brun, Mathieu BARRET du domaine du COULET à Cornas, une visite surprise à ne pas rater !!! Il nous fera déguster ses 2007 ! <http://domaineducoulet.site.voila.fr/page1.html>
 
Et puis semaine évènement, décidément, ça y est, je n’ai pas encore les clés, les travaux n’ont pas encore commencé, mais je ne résiste pas à la tentation d’ouvrir dès ce jeudi, notre nouvelle boutique, l’ancien café « Guet à Pintes ». Sauf souci (ce sera indiqué sur la porte), vous pourrez découvrir ce lieu « brut » avant que nous ne le rafraîchissions (il en a bien besoin ;-). C’est dans la même rue, au bas et au coin de celle-ci, au numero 2. Donc vous retenez, ce week-end, c’est soit au 2, soit au 22 !

01/07/2009

WEEK-END VIGNERONS: Quelques photos

Un soleil radieux nécessitant de jongler en permanence avec les températures de vins, des amis habitués, des nouveaux sympas, quelques curieux, notre troisième anniversaire en présence de quatre vignerons exceptionnels a, je crois, séduit tous les participants.

Au four et au moulin, ou plutôt au épices et au vin, ce sont mes enfants qui se sont chargés des photos. Ils se sont plutôt bien débrouillés, en voici quelques unes.

Fanfan Ganevat était en belle forme, mais ses vins l'était encore plus. Des blancs 2006 au top, des rouges 2007 qui s'affinent (du fruit plaisir en bouteille), et des échantillons blancs 2007 qui laissent augurer d'un millésime plus droit, salin et minéral. Alors que la qualité est là depuis le début, on a l'impression que, faisant fi de la celle du millésime, ses vins progressent d'années en années. 

Jérôme des Clapas faisait le déplacement pour la première fois en Belgique, et c'est bien sûr la boutique de l'Odyssée qu'il a choisi comme point de chute. La aussi, malgré les températures, les vins déployaient toute leur fraîcheur et fruit. Un "Java" comme un coulis de fraise légèrement acidulé, l'"En avant doute" comme une caresse, le "Pas à pas" appelant déjà le méchoui, et le blanc "Ivraie" d'ugni aux arômes de viognier, une petite friandise. Bravo Jérôme, qui nous a en plus séduit par ses talents de chanteur. Il connaît Brassens par coeur, accompagné de Claude Manesse à la guitare, nous avons eu droit à un "Gare au (poivre des) Gorilles" d'anthologie. 

 

anniv34

Que dire du "noune", Georges Descombes, si ce n'est que les compliments pleuvaient sur la qualité de ses Beaujolais. Certains croient encore que le Beaujolais se limite au Beaujolais nouveau de synthèse, mais notre travail de fond commence à porter ses fruits. Ouf! Au sommet ses deux Morgon, le 2007 et le Vieilles Vignes 2006, sans oublier, le petnat bien frappé Mandibulles. 

Petit mot sur le geste ci-dessous, qui a été répété 5833 fois si j'ai bien compté, mais j'étais parfois débordé il est vrai. Bon je dois encore faire les comptes mais quand je vois le nombre de cadavres, j'ai des craintes Clin d'oeil.

anniv36

Enfin, il y avait René Mosse, le vigneron au regard revolver, dont les vins sont de petites tueries! Une gamme impeccable avec de mon côté un grand faible pour le "moussamoussettes", le super "gros" à base de Grolleau 2007, l'Anjou rouge 2007, sans doute le meilleur de la région et puis les Bonnes Blanches 2007, une petit diamant qu'il faudra caché quelques années avant de le sertir de vos lèvres.

 

anniv37

Et puis il y avait aussi de la bière, de la Saison Dupont bio, de la Moinette bio, mais aussi, offerte par Andrea Calek, vigneron tchèque ardéchois (géniteur de Babiole notamment), un petit fût de Pilsener Urquell, qui nous a bien étanché la soif le vendredi soir, merci à lui d'avoir voulu être présent par ce biais à cet anniversaire.

anniv38

La dégustation des vins s'est déroulée pour la première fois en extérieur, dans le jardin, sous une tonnelle amicalement prêtée par le café du village le "Val Fleuri". Encore merci à Patrick et sa bande! Et puis tant qu'on est dans les remerciements, les tables venaient de l'autre café, le "Guet à Pintes" et les chaises de "Biosphère", merci à eux, voilà, vous savez tout Clin d'oeil

anniv35

anniv31

Pour sustenter tout ce petit monde et quelques amis, nous avons fait le méchoui traditionnel (c'est la deuxième annéeClin d'oeil), arrosé de multiples cuvées apportées par les invités. Rassurez vous on a aussi beaucoup craché Innocent.

Impossible de tout citer, mais il y avait tellment de bonnes quilles, et pas mal m'ont bien marquées.

Tout d'abord, le sommet de la soirée, le Vin Jaune 1990 de Pierre Overnoy, un vin magique, d'une densité et d'une longueur extraordinaire, c'est lui qui m'avait fait dire il y a quelques années "J'ai bu le meilleur vin blanc de ma vie et c'est un vin Jaune". Et bien, à l'aveugle, il était largement à la hauteur de sa réputation, doté d'une minéralité exacerbée, moins curry que des vins jaunes classiques, superbe. Merci à PY et Philippe de l'avoir choisi dans ma caveClin d'oeil

Pas loin, il y avait un autre Overnoy, un savagnin ouillé 1996, entre oxydation et fruit, avec ces arômes de pierre humide, de gentiane, c'était du tout tout bon. Côte à côte, il y avait la cuvée "Marguerite" de melon à queue rouge de Fanfan Ganevat, riche mais qui a gagné en tension depuis un an, superbe; et puis Marie Besnard 2005 de Mosse, pas trop typée chenin (je ne l'ai pas reconnuClin d'oeil), plus complexe, avec des arômes d'ananas, de caillou, et une très belle longueur. Au moins à ce niveau, La Lune 2004 de Mark Angéli, à la fois tendue et digeste, et cette finale un peu saline, miam! Dans un style très mûr et épanoui, le superbe Riesling Muenchberg 2001 de Patric Meyer, a eu ses aficionados, dont je suis! Très beau Barral Blanc 2006 également, plus consensuel qu'avant peut-être, mais très très bon!

Il y avait aussi quelques rouges, mais bien moins que des blancs, étonnant. Mention plus que spéciale pour la superbe Mémé 99 de Gramenon, qui ne faisaient pas son âge, entre arômes tertiaires et épices diverses, suavité, équilibre, grand! Dans un style proche, je n'ai eu aucun problème à reconnaître le beau pinot noir Bildstocklé 2006 de Bruno Schueller, on peut encore garder, mais allier profondeur, naturel, complexité et buvabilité à ce niveau relève de l'exploit.

Pour terminer, après un excellent rosé "Ma terre" de notre ami Henri Milan, un Poulsard 2008 d'Overnoy a séduit les derniers survivants, qui se sont ensuite calmés pour déguster gentiment un superbe Champagne Beaufort, miam et remiam!

 

anniv32

Voilà, vivement l'année prochaine, même si d'ici là il y aura encore de nombreuses activités et dégustations. En tout cas, votre serviteur vous remercie pour vos encouragements à garder cette belle aventure vivante!

anniv33

23/06/2009

26-27 JUIN, WEEK-END VIGNERON!

 

afficheete2009

 

Le week-end prochain, les vendredi 26 et samedi 27 juin, à Pécrot (Grez-Doiceau), la boutique de l'Odyssée des arômes, fêtera, en présence de vignerons, son troisième millésime. Venez nombreux, parlez-en autour de vous, on vous attend! Des questions, un mail (laurent@truegreatwines.com) ou mon gsm, 0478 82 16 36. Il y aura aussi nos épices, nos poivres sauvages, nos huiles essentielles et de gastronomie, nos thés de Chine ou du japon, nos multiples curry, et quelques superbes nouveautés, comme cette fabuleuse poudre de feuilles de poivrier de Tasmanie. Venez!

Et oui, déjà trois ans écoulés depuis que nous avons transformé "temporairement" notre salon en boutique; et près de 6 ans que nous tentons de vous faire découvrir de petits producteurs, bios, talentueux et passionnés. Le temps s'écoulerait-il aussi vite qu'un vin sans soufre dans notre gosier? La aussi, ne devrait-on pas imposer la mention "avec modération"! Clin d'oeil

Quoi-qu'il en soit, nous y sommes, et j'en suis très heureux; très heureux aussi de vous faire découvrir Jérôme Jouret, du domaine des Clapas, en Ardèche, dans la vallée de l'Ibie, à Villeneuve de Berg. Il en est, lui aussi, à son troisième millésime, le 2008, que vous allez pouvoir déguster. En conversion bio, il travaille ses vins, issus pour la plupart de coteaux argilo-calcaire, dans un registre sans soufre, très pur! Des cuvées de rouge, aux arômes fruités, floraux, gouleyantes (Java), suaves (En Avant Doute, grenache) ou plus structurées (Pas à Pas, carignan-alicante). Il nous propose aussi un blanc très chouette, l'ivraie, qu'il a réussit à séparer du bon grain ;-). C'est un 100 % ugni blanc qu'il a mis en bouteilles sans SO2, attention, je n'en ai que 6 caisses. Les prix sont angéliques, tout en dessous de 10 €. J'étais le premier à l'avoir en Belgique (merci Gaëtan;-), et sa première visite est pour nous, ne la loupez pas!

 

clapas

 

Pour faire le poids face à ce jeune talent, j'ai fait appel à une équipe de choc. Dans les buts, je n'ai mis personne, car vu le profil de ces vignerons, c'est pas à du foot qu'il faut s'attendre, mais à du Rugby Langue tirée.  Comme piliers, il y aura à droite, René "cabernet" Mosse, de St Lambert du Lattay en Anjou. En bio depuis belle lurette, il nous proposera ses 2007 à la dégustation, je les ai goûté à Angers cet Hiver, c'était déjà bon! Si les blancs doivent encore se faire un peu (quoique les Bonnes Blanches sont déjà magiques...), les rouges sont d'un croquant extraordinaire. René "cabernet" assume encore une fois son surnom avec talent, pour proposer un vin, encore une fois en phase avec le meilleur du millésime. Après un 2005 baroque, très mûr, avec 2 sucres résiduels (je les ai comptés ;-) mais doté d'une superbe acidité, un 2006 qui entrera dans la légende dans quelques années, voici un 2007 bienvenu, dense, aux tannins déjà abordables, et au fruité adorable. A boire en attendant les 2006 et 2004, c'est un vrai coup de coeur. Et puis il y aura aussi le bien nommé "Gros", à base de grolleau, une friandise pour adulte! Un autre beau reportage sur le blog de la pipette!

divecigare

A gauche, vous trouvereGeorges "noune" Descombes, fer de lance du Beaujolais naturel. Troisième visite également pour le "noune", qui nous fera une petite verticale du Beaujolais, avec du Brouilly Vieilles Vignes 2005, du Morgon Vieiilles Vignes 2006 et du Chiroubles Vieilles Vignes 2007. Plus du petnat, du rosé et une ou deux cuvées de soif. Des Beaujolais de haute volée, on va se régaler!

 

noune_fanfan

 

Enfin, aux autres postes, à l'avant, ou comme talonneur, au four comme au moulin, il y auraJean-François "talon" Ganevat, dit aussi Fanfan, en importation direct du profond Jura. Lui, c'est déjà sa onzième visite dans ce petit bled de Pécrot. Au programme, les 2007, en blanc comme en rouge, et sans doute encore des nouveautés dont il a le secret. Malgré sa renommée croissante, le pèlerinage de Pécrot lui est indispensable. Ses 2007 sont superbes, en rouge, tout en fruit (ah ce pinot noir à se damner!), les blancs sont rectilignes, cristallins, de toute beauté. Révélation 2009 chez Bettane et Gault et Millau, il truste encore les premières places dans le dernier N° de la RVf consacré au millésime 2008, où il est coup de coeur! Mais attendons patiemment ces 2008, et profitons des derniers 2006 et réservons d'abord les 2007, n'accélérons pas le temps inutilement Clin d'oeil

Allez, à la semaine prochaine!

ganevat_rvf

 

 

 

07:51 Écrit par Laurent dans Journal d'un Caviste | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ganevat, mosse, descombes, clapas |  Facebook |

20/06/2009

26-27 JUIN, WEEK-END VIGNERON!

 

afficheete2009

 

Le week-end prochain, les vendredi 26 et samedi 27 juin, à Pécrot (Grez-Doiceau), la boutique de l'Odyssée des arômes, fêtera, en présence de vignerons, son troisième millésime. Venez nombreux, parlez-en autour de vous, on vous attend! Des questions, un mail (laurent@truegreatwines.com) ou mon gsm, 0478 82 16 36. Il y aura aussi nos épices, nos poivres sauvages, nos huiles essentielles et de gastronomie, nos thés de Chine ou du japon, nos multiples curry, et quelques superbes nouveautés, comme cette fabuleuse poudre de feuilles de poivrier de Tasmanie. Venez!

Et oui, déjà trois ans écoulés depuis que nous avons transformé "temporairement" notre salon en boutique; et près de 6 ans que nous tentons de vous faire découvrir de petits producteurs, bios, talentueux et passionnés. Le temps s'écoulerait-il aussi vite qu'un vin sans soufre dans notre gosier? La aussi, ne devrait-on pas imposer la mention "avec modération"! Clin d'oeil

Quoi-qu'il en soit, nous y sommes, et j'en suis très heureux; très heureux aussi de vous faire découvrir Jérôme Jouret, du domaine des Clapas, en Ardèche, dans la vallée de l'Ibie, à Villeneuve de Berg. Il en est, lui aussi, à son troisième millésime, le 2008, que vous allez pouvoir déguster. En conversion bio, il travaille ses vins, issus pour la plupart de coteaux argilo-calcaire, dans un registre sans soufre, très pur! Des cuvées de rouge, aux arômes fruités, floraux, gouleyantes (Java), suaves (En Avant Doute, grenache) ou plus structurées (Pas à Pas, carignan-alicante). Il nous propose aussi un blanc très chouette, l'ivraie, qu'il a réussit à séparer du bon grain ;-). C'est un 100 % ugni blanc qu'il a mis en bouteilles sans SO2, attention, je n'en ai que 6 caisses. Les prix sont angéliques, tout en dessous de 10 €. J'étais le premier à l'avoir en Belgique (merci Gaëtan;-), et sa première visite est pour nous, ne la loupez pas!

 

clapas

 

Pour faire le poids face à ce jeune talent, j'ai fait appel à une équipe de choc. Dans les buts, je n'ai mis personne, car vu le profil de ces vignerons, c'est pas à du foot qu'il faut s'attendre, mais à du Rugby Langue tirée.  Comme piliers, il y aura à droite, René "cabernet" Mosse, de St Lambert du Lattay en Anjou. En bio depuis belle lurette, il nous proposera ses 2007 à la dégustation, je les ai goûté à Angers cet Hiver, c'était déjà bon! Si les blancs doivent encore se faire un peu (quoique les Bonnes Blanches sont déjà magiques...), les rouges sont d'un croquant extraordinaire. René "cabernet" assume encore une fois son surnom avec talent, pour proposer un vin, encore une fois en phase avec le meilleur du millésime. Après un 2005 baroque, très mûr, avec 2 sucres résiduels (je les ai comptés ;-) mais doté d'une superbe acidité, un 2006 qui entrera dans la légende dans quelques années, voici un 2007 bienvenu, dense, aux tannins déjà abordables, et au fruité adorable. A boire en attendant les 2006 et 2004, c'est un vrai coup de coeur. Et puis il y aura aussi le bien nommé "Gros", à base de grolleau, une friandise pour adulte! Un autre beau reportage sur le blog de la pipette!

divecigare

A gauche, vous trouverez Georges "noune" Descombes, fer de lance du Beaujolais naturel. Troisième visite également pour le "noune", qui nous fera une petite verticale du Beaujolais, avec du Brouilly Vieilles Vignes 2005, du Morgon Vieiilles Vignes 2006 et du Chiroubles Vieilles Vignes 2007. Plus du petnat, du rosé et une ou deux cuvées de soif. Des Beaujolais de haute volée, on va se régaler!

 

noune_fanfan

 

Enfin, aux autres postes, à l'avant, ou comme talonneur, au four comme au moulin, il y aura Jean-François "talon" Ganevat, dit aussi Fanfan, en importation direct du profond Jura. Lui, c'est déjà sa onzième visite dans ce petit bled de Pécrot. Au programme, les 2007, en blanc comme en rouge, et sans doute encore des nouveautés dont il a le secret. Malgré sa renommée croissante, le pèlerinage de Pécrot lui est indispensable. Ses 2007 sont superbes, en rouge, tout en fruit (ah ce pinot noir à se damner!), les blancs sont rectilignes, cristallins, de toute beauté. Révélation 2009 chez Bettane et Gault et Millau, il truste encore les premières places dans le dernier N° de la RVf consacré au millésime 2008, où il est coup de coeur! Mais attendons patiemment ces 2008, et profitons des derniers 2006 et réservons d'abord les 2007, n'accélérons pas le temps inutilement Clin d'oeil

Allez, à la semaine prochaine!

ganevat_rvf

 

 

 

 

21:07 Écrit par Laurent dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ganevat, mosse, descombes, clapas |  Facebook |

20/11/2008

IL EST ARRIVE!

Qui? Ben le nouveau, le primeur, du Beaujolais bien sûr! Enfin, pas toujours. Comme m'a dit Philippe Jambon, " on a décidé de pas faire de vin cette année". La faute au 7 août, et une grêle de chez grêle; l'année pourrie a fait le reste!

Pas de Guignier, pas de Tranche de Jambon, mais par contre ceux qui en ont sorti on fait très bon. Enfin les bons vignerons ont fait très bon , les autres ...

Alors venez, ce vendredi 21 et samedi 22, à la boutique, déguster les meilleurs, Lapalu, Descombes, Ducroux, et puis l'une ou l'autre quille encore.

Et pour ceux qui veulent comprendre mieux encore le Beaujolais et ses vins, comme chaque année , nous avons un atelier le vendredi soir à 20 ehrues, avec charcuterie locale (pâté, rillettes, terrines), fromages (Chèvres, St Félicien en St Marcellin) et bien sûr les fameux sabodet et jambonneaux. IL reste encore quelques places, Réservez sans tarder, c'est demain (45€, réservation par mail ou tel : 0478 82 16 36)

Voilà, qu'on se le dise!

Les vins du vendredi soir:

Lapalu: Beaujolais Villages 2006

Croix des Rameaux 2005

Ducroux; Régnié 2005 (sans SO2)

Foillard: Morgon Côte de Py 2005

Morgon Les corcelettes 2005

Descombes: Morgon VV 2005

Chiroubles VV 2006

Bourgine: Moulin à Vent 2005

Chenas 2005

Lapierre: Morgon sasn soufre 2005

Guignier: Moncailleux 2005 (Sans SO2)

Fleurie 2005

Grillet; Morgon Les Cras 2006

On va se régaler!!!

07/11/2008

QUAND LES GOUROUS S'GOURENT?

Chaque année avant l'été, votre hebdomadaire préféré vous propose divers régimes assurément amaigrissant; chaque année à la rentrée, vos magazines font tous un dossier vin, spécial FAV, pour foires aux vins, où comment croire faire des affaires en achetant Giscours 05 à 48,99€, Pontet Canet 05 à 64,99€, ou Barton 05 à 67,99€;-). Chaque année, un peu plus tard, les marronniers perdent leurs feuilles, les trompettes chantent nos morts et le père Noël fait concurrence au grand Saint Nicolas.

Loin de moi de critiquer ces cycles, même si je préfère les derniers mentionnés, car j'adore aussi les sa(la)isons;-). Et je dois même avouer que j'y sacrifie volontiers; avec mes balades champignons, ou mes vins de BBQ, ou encore mon Beaujolais (re)nouveau. Et sans pudeur, je reconnais, que s'il y a un marronnier en papier que j'affectionne tout particulièrement, c'est celui de la sortie des Guides du Vin.

. En effet, chaque année, les pros de la papille, les spécialistes du bulbe olfactif, les gourous du goût et les garants du bon vin nous livrent leurs classements, sur 3 (étoiles), sur 4 (raisins), sur 5 (B&D); leurs révélations de l'année, leurs déceptions.

guides_vins

Alors, comme chaque année, je me dis que je n'en achète plus qu'un seul! Ce que je fais; je n'en achète plus qu'un seul, ... à la fois;-). Mais mon choix s'affine, parfois forcément, avec les disparitions du guide Fleurus des sommeliers ou celle du guide Solar des vins bios, mais aussi par expérience! Je n'achète évidemment pas le PDG, un guide aux classements bien peu compréhensibles, c'est le moins que l'on puisse dire; ni le Hachette, dont trop de "coup de coeur" ont été des coups foireux. Le meilleur y côtoie le pire, sans beaucoup de discernement, sans doute la résultante de dégustation de comités et non d'individus. J'évite le Parker, les Bordeaux trop chers ne m'intéressent pas; mais il faut lui reconnaître que si vous achetez le vin pour spéculer, suivre les 90+ est un bon tuyau, éloigné cependant de ma vision du vin, je passe donc mon chemin.

Je me suis concentré cette année, sur le guide vert de la RVF, que j'avais beaucoup apprécié l'année passée; sur la deuxième édition du Bettane-Desseauve, malgré le pitoyable éditorial sur les bio-cons;-). Et j'y ai ajouté, pour la première fois depuis 4 ou 5 ans, le guide Gault & Millau, paru sous la houlette de Pierre Guigui, qui organise depuis quelque temps, le concours de vin Amphore, dédié aux vins bios.

Et cette sensibilité semble bien transpirer dans la sélection. Elle va même au-delà, puisque l'on y retrouve les pestiférés du Bettane comme les fabuleux Descombes, Milan, Overnoy, Mazel, Beaufort, ou même les Clapas que j'ai découvert tout récdemment, et encore bien d'autres de nos vignerons préférés. Amusant toutefois, tout comme dans le B&D, Fanfan Ganevat y est une des révélations de l'année. Je travaille avec lui depuis mes débuts, en 2004, comme quoi, pour de bonnes vraies découvertes, faites d'abord confiance à votre caviste préféré;-).

guides

Mais soyons honnêtes, il y a aussi quelques belles découvertes et l'un de ces 3 guides peut vraiment aider l'amateur à faire un premier tri. Après, il faut savoir que tous les bons vignerons n'envoient pas d'échantillons et ne sont donc pas repris dans les guides (Schueller, Casot des Mailloles, ...). Achetez-en donc un de temps en temps, parmi ces 3 là, et puis changer l'année suivante... et puis, développez votre goût personnel lors de nos dégustations hebdomadaires ;-).

schueller_omnivore

Enfin, je ne pourrais passer sous silence le guide Omnivore 100% raisin de la pétulante, passionnée et compétente Sylvie Augereau. Elle nous dresse une série de portraits de vignerons, plutôt que de nous balancer des cotations sur 20 ou 100. Une belle plume pour un choix très proche de nos préférences, une priorité!guide_omnivore

Encore une remarque et puis je vous laisse, le G&M mentionne maintenant si la viticulture est en bio, biodynamie ou autre; c'est très bien, encore que l'info est celle donnée par le producteur, ce qui nous donne quelques gros domaines en bio alors qu'ils n'ont que quelques hectares pour leur marketing sans doute;-). Mais sur cette base, faites un peu l'exercice, sachant que seulement 2 % des vignes sont en bio, de calculer le pourcentage de vignerons sélectionnés qui pratiquent cette viticulture respectueuse du terroir, de l'environnement et de l'amateur de vin, édifiant;-).

26/06/2008

BON ANNIVERSAIRE, MA BOUTIQUE!

Et oui, déjà deux ans que nous avons transformé notre petit salon en boutique. A deux ans, on marche, non? Et bien je dois dire que grâce à votre bouche à oreilles, notre petite boutique ne marche pas trop mal. Bon courir et être prêt pour les jeux olympiques de Pékin ce sera un peu juste, mais quand on a la chance de faire ce que l'on aime, pourquoi se plaindre;-). A l'occasion de ce deuxième anniversaire et de la dixième venue de fanfan Ganevat à nos marchés, nous allons donc le, vous et nous fêter les vendredi 4 et samedi 5 juillet 2008. En présence d'autres vignerons, bien sûr!

Pour la circonstance, une équipe de choc (et de poids;-) a été composée: Jean-François GANEVAT (Jura), René MOSSE (Loire), et Georges “noune” DESCOMBES (Beaujolais), viendront nous proposer leurs nouvelles cuvées. Ils seront accompagnés d’une petite nouvelle, Julie Balagny, du domaine TERRE des CHARDONS (Costières de Nîmes).

Cela se passera à Pécrot, Rue Constant Wauters, 22 (1390, Grez-Doiceau). Le vendredi de 17 à 21h et le samedi de 11h à 20h Ce n'est loin de rien; à environ 30-35 min de Bruxelles et de Namur, 15 minutes de LLN et de Leuven, 60 minutes de Liége, Gent et de Mons, plan d’accès sur le site

affiche_anniversaire_2_2008

A tout seigneur tout bonheur, nous accueillerons donc pour la dixième fois (rappelez vous, c’était en décembre 2004, notre premier marché de noël:-), Jean François Ganevat, de Rotalier en Jura. Il n’était alors connu que d’une poignée d’initiés, je l’avais rajouté en dernière minute à ma liste de domaines à visiter dans le Jura, sur le conseil d’un autre Laurent.

ganevat-origane

Ce fut le coup de coeur, et quelques mois plus tard, au bluff, je l’invitais à ce premier marché de Noël. Au pif, je lui avait promis une centaine de visiteurs et ouf, vous étiez bien au rendez vous. 4 ans plus tard, grâce à vous, la boutique s’est ouverte et nous sommes toujours là pour vous faire découvrir les meilleurs cuvées de vrais grands vins de France, le plus souvent en bio certifié. Quant à Fanfan, il a maintenant la reconnaissance des guides les plus prisés, le Bettane-Desseauve, le guide vert de la RVF, et petit scoop, il sera vigneron de l’année dans le prochain Gault & Millau. Mais c’est sans ces conseils un peu tardifs que vous, vous appréciez depuis ces quelques années ses chardonnay ouillés qui transpirent le terroir, son savagnin ouillé enfanté sur les marnes, ses liquoreux d’anthologie, ses oxydatifs réclamant à corps et à cris le comté de Poligny, ses rouges sans concession et puis ses “Oh que c’est bon”, “J’en veux”, “Délire”, “J’ai soif” ou “Tonton Casa”.

Cette fois, il nous présentera notamment ses blancs ouillés 2006, et sans doute quelques nouvelles cuvées, dont la cuvée Orégane, superbe assemblage de Savagnin et de Chardonnay ouillés. Si vous ne pouvez être présents, il sera bon de réserver, car la célébrité à ses moins bons côtés.

Devant le charisme de fanfan mais surtout la qualité de ses vins, il fallait chaque fois trouver des vignerons du plus haut niveau, et je crois que vous ne fûtes pas souvent déçus. Cette fois, j’ai invité des “poids lourds”, des vignerons qui sont simplement parmi les meilleurs (à mon goût en tout cas;-) de leur région. L’énigmatique mais génial René Mosse, l’angevin, nous présentera également ses 2006; Rouchefer et Bonnes Blanches. Goûtés à deux reprises déjà, ils sont encore supérieurs aux 2004 et plus secs que les 2005, grands! L’Anjou rouge 2006 quant à lui, est vraiment l’archétype du vin de Loire minéral, frais, dense, aux tannins charnus, superbe réussite. Enfin il y aura le rosé achillée et quelques moussamoussettes bien sûr! Je me réjouis d’avance!

divegigare

Une des régions, avec le Jura, que je tente de vous faire découvrir depuis ces quelques années, avec un succès plus que d’estime, c’est le Beaujolais (merci à ceux qui sans se laisser influencer par l’étiquette ont acheté du beaujolais primeur en avril, avec pour seule paramètre de choix, le goût!) . Le gamay est un cépage festif, mais il est aussi capable de damner le pion à maints Bourgognes plus réputés. Mais pour cela, il faut travailler en bio à la vigne et ne pas chipoter en cave.

anniv6

C’est ce que fait à merveille le talentueux Georges Descombes depuis quelques années. Ses vins, vinifiés sans sulfites, sont d’une gourmandise extraordinaire à leur sortie, mais je serais curieux de regoûter ses vieilles vignes d’ici quelques années. En attendant, le “noune” nous présentera aussi une nouvelle cuvée que j’attends avec impatience, un pet(illant) nat(urel) de gamay, qui sera sans doute une belle alternative au super Boisson rouge (déjà presque épuisé d’ailleurs...;-). Egalement au programme, ses Brouilly et Morgon Vieilles Vignes 2005 (un des meilleurs millésimes récents, à ne pas louper!), son Chiroubles vieilles vignes 2006 et puis ses cuvées de soif exigeante (Régnié, Brouilly2007 ).

Pour apporter une petite note féminine au sein de cet amas de virilité, j’ai choisi Julie Balagny du domaine Terre des Chardons en Costières de Nîmes. J’ai découvert ce domaine au salon des vins bios à Perpignan, au cours une dégustation d’une cinquantaine de bouteilles alignées sur une table. Il y avait du beurk, du bof, du bon, et puis une cuvée d’une fraîcheur extraordinaire, au nez de syrah explosif, très soyeuse en bouche, c’était la cuvée “Marginale” de ce domaine. Je l’ai regoûtée ensuite, sur plusieurs jours, et elle bonifiait encore. Les prix restent angéliques, ce qui n’est pas à négliger! Julie nous présentera 4 cuvées. Deux de grande soif, le Chardon masqué et Bien luné; la Marginale bien sûr, et puis un blanc de Clairette de Bellegarde. On va se régaler!

terre_de_chardons

Vous pourrez bien sûr en profiter pour découvrir à votre aise, nos thés, tisanes, nos deux poivres sauvages (ils sont là en quantité cette fois!), nos épices, nos huiles essentielles, nos miels, et puis quelques préparations maisons dont nous avons le secret (ma moutarde maison est paraît-il, une grande réussite!;-) Notez donc déjà ce marché d’été, des 4 et 5 juillet, dans votre agenda, c’est déjà la semaine prochaine, et n’hésitez pas à y inviter vos amis et connaissances; ils ne seront pas déçus, et nous vous en serons très reconnaissants! L'ambiance y est conviviale, sans prise de tête, un peu "délire" parfois, c'est vrai!.

Fanfan_onf

A ceux qui ne pourront être présents, je souhaite déjà de très bonnes vacances. La boutique sera ouverte pendant cette période, excepté du 15 au 31 août. Un peu pris par ces préparatifs, le feuilleton des vins sans sulfites se poursuivra pendant les vacances.

Fanfan_off_2