20/05/2009

La SYRAH, AH ça IRA (I)

Deux ateliers consécutifs consacrés à la syrah, et une pléthore de belles cuvées d'origine très diverses, pour un cépage originaire d'Ardèche, et non de Shiraz en Iran, ni même de Syracuse! Pour la théorie, il faut assister à l'atelier, pour la pratique virtuelle, c'est ici;-). C'est parti!

ARDECHE: Châton de Garde 2007, Syrah, sans soufre ajouté, Andrea Calek (Atelier 1- Atelier 2)

Une de mes cuvées préférées, proposée par Andrea, qui travaille également au Mas de Mazel. C'est du sans soufre soigné! Nez un peu lacté, fruits noirs très mûrs, un peu solaire. La bouche est ronde, soyeuse, fruitée, la finale sur le chocolat noir. C'est un peu fermé, ou plutôt la cuvée se referme; car il y a quelques mois elle resplendissait. Nettement plus expressif le lendemain, il faut maintenant l'oublier ou la carafer longuement.

ARDECHE: Syrah 2007, Hervé Souhaut, Romaneaux Destezet (1-2)

Robe plus claire, nez plus expressif, nettement poivré, balsamique, avec quelques notes végétales pas dérangeantes. L'attaque est un peu dure, mais le milieu de bouche est tout en dentelle, on salive allègrement. Le vin prend du volume à l'aération. 

C'est dingue la différence entre ces deux cuvées, alors les vignobles ne sont situés qu'à quelques dizaines de km. Deux belles expressions de syrah.

SAVOIE: Harmonie, Cru Arbin 2005, Mondeuse, Charles Trosset & Fils (1-2)

Robe sombre, nez fruité lacté (yaourt aux myrtilles), notes florales, de gentiane à l'aération. Je l'ai cependant connu plus ouvert. La bouche est un peu dure, avec de l'acidité mais un peu austère. Le vin prend aussi de l'ampleur à l'aération. Un beau vin, mais un peu strict. Egalement en phase de fermeture, sans doute.

ARDECHE: Cuvée ST Philippe 2005, Syrah, Sans Soufre ajouté, Mas de Mazel (1 - 2)

Robe bien sombre également, mais c'est le nez qui attire l'attention. Animal (bret), vernis (volatile), pomme verte (ethanal), il semble cumuler les défauts de l'oenologie modene. Il rebute d'ailleurs certains que je convainc pourtant d'y porter les lèvres. Et là, tout le monde se met d'accord, la mondeuse est explosée par l'éclat du fruit du Mas; par sa gourmandise, par son jus, par sa fraîcheur. Etonnamment, elle fera presque l'unanimité. L'aération lui est aussi favorable au niveau aromatique, tout comme un carafage vigoureux aurait été souhaité. Un exemple d'école de l'effet "vin naturel" sur la perception du vin! 

 

syrah1

LANGUEDOC, Coteaux du Languedoc, Pleine Lune 2002, Syrah, Beau-Thorey

Qui a dit que 2002 était un millémime pourri. Pas chez Christophe Beau en tout cas. La robe est noire, le nez sur la réduction, mais nettement moins qu'il y a quelques années. C'est sauvage, c'est floral, mentholé, avec des notes fumées, c'est bien de la syrah! Une bouche fraîche, avec de l'acidité, en demi corps, mais non dénuée de longueur, ni de mâche. Les avis sont partagés, certains se régalent et d'autres recherchent plus de matière.

ROUSSILLON, Côtes du Roussillon Villages, Romain Mercier 2002, Syrah grenache, Domaine Joliette (1 -2)

Au premier nez, certains prennent l'avion pour le nouveau monde, et oui, le boisé est encore un peu marqué. Heureusement, des la première gorgée, ils font demi-tour et reviennent en France, mais dans le Sud. Derrière le bois vanillé, il y a du fruit, très mûr, et dans le fruit, savez vous ce qu'il y a? Encore un peu de tannins, mais assez soyeux; un petti creux en milieu de bouche mlarque le millésime. Une bouteille sympa pour qui n'a pas peur de se promener dans les bois;-).

AFRIQUE du SUD, Syrah Elim 2007, Standveld Vineyards (1)

Nez très vanillé, un peu brûlé, arômes de garrigue et de fruit hyper mûr, c'est assez caricatural, malgré une belle matière. Ce 'est pourtant pas trop chaud, ce sont vraiment les arômes qui sont écoeurants. Car là, on prend l'avion et on va loin, très loin. Un peu indigeste dira-t-on...

RHÔNE, Saint-Joseph Saint Epine, Syrah, Hervé Souhaut, Romaneaux Destezet (1)

Robe sombre mais pas noire. Le nez est délicat, et le contraste avec l'autre vin est sidérant. Ici, c'est floral, avec mêmes quelques notes d'agrumes. C'est tout en dentelle, pas en puissance ni en matière. C'est aérien, il y a de la longueur de saveur, mais pas d'alcool; mais ce pas assez expressif pour certains, et pourtant ...

 

syrah9

 

La suite très bientôt, les meilleures bouteilles arrivent!!!!

 

syrah6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17/03/2009

VINS SUISSES, Les Rouges

Et on passe aux rouges ; là aussi les attentes étaient grandes. Des cépages à découvrir comme le cornalin ou l’humagne rouge, et puis une réputation flatteuse des syrah suisses qui avaient écrasé les syrah du monde il y a un an ou deux.

AOC Valais, Gamaret 2006, R. Papilloud, Cave du Vieux Moulin à Vetroz, (16,09 €).

Le Gamaret est un cépage récent (1970), issu du croisement entre le Gamay et le Reichensteiner qui résiste bien à la pourriture grise. La robe est rubis foncée, le nez très expressif, puissamment fruité, avec des arômes de banane et de bonbon anglais (acetate d’isoamyle), quelques notes de caramel, et un peu de terre également. La bouche possède de la mâche, le fruit s’exprime, les tannins sont un peu durs et le vin court, mais c’est assez agréable.

suisse5

AOC Valais, Humagne de Chamoson, 2007, J-D Favre, Cave La Tornale (15,00 €)

Robe un peu plus claire, et les arômes sont moins expressifs, un peu de fruit framboise cerise, un peu d’amande et quelques notes végétales. L’attaque est soyeuse, mais la finale est un peu dure, c’est souple en milieu de bouche et loin d’être désagréable. Intéressant, mais dans le style, et pour un prix similaire, un Chiroubles de Descombes possède plus de corps, de gourmandise et de longueur…

suisse6

Syrah de Fully en Valais 2007, Henri Valloton (20,55 €)

Issue d’un sol de granit (comme St Joseph), cette syrah est élevée pendant 8 à 12 mois dans des barriques de 400 litres, neuves pour la moitié. La robe est sombre, de puissants effluves se dégagent du verre, des notes épicées, de poivre noir, conjuguées à des arômes animaux de lard fumé. Une sensation salée en bouche, une belle finale sur le chocolat noir et pas mal de fruit et de densité en milieu de bouche. Ce n’est pas grand, mais c’est très bon. Nous tenons là notre révélation suisse, ouf, l’honneur est déjà sauf !

AOC Valais, Cornalin 2006, J-L. Mathieu (23,30 €)

Un cépage indigène, qui avait presque complètement disparu, mais que l’on replante. Assez sensible à la pourriture, il nécessite une viticulture exigeante. IL offre ici une robe très sombre aux reflets violets. Le nez est assez complexe, mais un peu dominé par le bois : on y décèle cependant des notes d’eucalyptus et de violette. La bouche est fraîche, mai assez dure, les tannins sont un peu secs. La longueur est correcte. Un vin à attendre un peu. A nouveau intéressant, mais pas au maximum de son potentiel.

suisse7

DOC Ticino, Riflessi d’Epoca, Merlot 2003, Guido Brivio(28,30 €)

Dernier rouge, un merlot du Tessin vinifié en rouge cette fois, mais hélas trop de bois au nez. Il est mêlé à des arômes de cacao et d’ovomaltine. Certains trouveront cela très flatteur, d'autres trop sans doute, car le raisin joue à cache cache avec la barrique. Je consulte sa fiche, il a été élevé pendant 16 à 18 mois en barrique neuve, nous ne rêvons pas. La première gorgée laisse une impression de puissance et une légère sucrosité. C’est assez peu digeste et beaucoup passent à côté, c’est mon cas.

suisse8

Mais il est tard, et nous terminons sur un liquoreux.

Grain Noble 2004, Marsanne blanche, MT Chappaz

Et ce dernier vin à déguster, il est en bio ! Et de plus produit par un des meilleurs vignerons de Suisse, qui est une vigneronne, c’est Marie-Thèrèse Chappaz.

Nous dégustons une marsanne blanche grain noble de 2004. Très classique, belle robe, beau botrytis, sur la cire, l’abricot et une petite note d’encaustique et de truffe. La bouche allie puissance et légèreté ; c’est loin d’être écoeurant et l’équilibre est parfait. C’est très très bon, même si ce n’est pas donné donné…

suisse9

Je pourrais conclure comme pour les blancs, une session très intéressante, mais qui laisse un goût mitigé en bouche, toutes les papilles n'ont pas été comblées, mais le potentiel est là? Partons dès maintenant à la chasse aux vignerons "nature" du Valais et d'ailleurs...

A suivre, je l'espère sincèrement !